Swiss Army Man

Et voilà un joli OVNI cinématographique, un film complètement barré, différent, très très particulier. Sorti en 2016, il m’avait attiré par sa bande-annonce mais je n’avais pas encore eu le temps de me pencher dessus , c’est maintenant chose faite. On n’est pas devant un film formaté super grand public.

Mais de quoi que ça parle? A la base de Hank, un naufragé désespéré qui va tomber sur un cadavre un peu particulier, ce dernier démontrant des capacités on ne peut plus utiles, tel le multipurpose tool qu’il est (d’où le titre du film). Le cadavre (qui est de moins en moins mort en fait) pourra-t-il aider Hank à revenir à la civilisation grâce à ses pets (utiles pour se propulser sur l’eau ou pour des grillades), son aspect « fontaine à eau potable », sa boussole intégrée NSFW, ou encore son bras de karatéka qui casse tout? Et bien sans vous donner la réponse, je dirais quand même qu’ici ce n’est pas la destination qui compte mais bien le voyage et surtout le contenu de ce dernier.

Vu que l’on est face à un truc vraiment bizarre, je vous mets d’abord la bande-annonce pour vous aider à comprendre mon propos qui pourra vous sembler parfois un peu décousu ou en tout cas peu explicatif…

Ce film est indiqué être réalisé par Daniels, à savoir deux Daniel, Kwan et Scheinert, dont il s’agit à ma connaissance de la seule réalisation. Ils sont également les scénaristes de cette œuvre étrange. Et franchement, je sais pas ce qu’ils prennent comme fumette mais c’est très fort. Par contre, ils ont une sacrée maîtrise de l’émotionnel, avec un choix de plans superbes rendant hommage à une histoire envoûtante. Et puis une sacrée direction d’acteurs aussi, avec les fabuleuses prestations de Paul Dano (Little Miss Sunshine, Looper,…) et Daniel Radcliffe (qui prouve encore sa volonté de s’éloigner du lisse Harry Potter, après par exemple La Dame en noir ou Horns). Le premier en type au bord du suicide qui se voit sauvé par un cadavre et développe avec ce dernier une vraie relation profonde, un homme dont l’espoir de revoir la civilisation s’amenuise pour être remplacé par une découverte d’une autre manière de vivre,  un gars qui se rend compte que sa vie de looser par procuration n’est peut-être pas le meilleur avenir qu’il puisse avoir. Quand à Radcliffe, il est étonnant en cadavre pas très frais revenant partiellement à la vie, sans émotion, et naïf/candide au possible.

Mais bon, au-delà du voyage et des paysages, ce film est surtout un film sur l’Humanité pour moi (après, je pense que l’on peut le lire sous bien des aspects et que tout le monde n’en aura pas la même compréhension). Qu’est-ce qui est bon? Qu’est-ce qui nous tire en avant et nous motive? La place de l’amour, de l’amitié, des autres? Comment vivre sa vie, faire ses choix? On y va de longues discussions sur les conventions sociales, la sexualité, les tabous, etc. Les sujets abordés sont nombreux mais restent groupés autour de ce thème général de l’Humain et de sa vie, ses choix, ses motivations. Sous un aspect rempli d’absurde et de délires visuels et scénaristiques (y compris sous une couche d’humour assez pipi-caca par moments), le film recèle une profondeur incroyable. Il y a là une forte dose d’émotion, mais toujours juste, touchante sans en être ridicule. On va au cœur des sentiments, au plus profond des êtres.

Encore un petit mot pour la bande-son, incroyable, avec ces acteurs qui chantent, avec ces chansons dont les paroles font écho aux actions et sentiments des personnages, avec ces mélodies aussi envoûtantes qu’entraînantes, et qui restent en tête.

Franchement je me suis éclaté devant ce film. Pas facile d’accès, sortant complètement du carcan habituel et de ce que l’on voit partout, il constitue une belle révélation. Mais je pense qu’on a là le genre de film qui ne plaira pas à tout le monde du coup.

2 réflexions sur « Swiss Army Man »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.