Dr House, saison 1

Fini la première saison, petit topo donc…

La série Dr House nous raconte donc les aventures du médecin le plus antipathique, le plus misogyne, méchant, agressif que la TV ait jamais porté. Et pourtant c’est un extrêmement brillant diagnosticien que l’hôpital s’attache à garder malgré tous ses défauts. Dr House, c’est la seule série médicale que je regarde avec intérêt (j’ai tenté Urgences et Grey’s Anatomy mais j’ai pas pu) ; faut dire que ça n’a pas grand chose à voir avec les autres. Ici on se concentre donc sur la recherche des causes aux symptômes des patients. Comme un détective qui ne lâche pas son os, House passe en revue les coupables potentiels afin de résoudre les cas. Les épisodes suivent en général la même base : premiers symptômes de cas grave déclenchant l’intérêt de House, recherche de cause et tentative de soin qui merde et nécessite de renouveler l’opération, ceci pouvant se dérouler 2 ou 3 fois, avant qu’enfin l’on arrive au bon diagnostic et aux soins adaptés.

En parallèle de cela, les relations se développent entre les personnages. House, son équipe, la direction de l’hôpital. Evidemment, vu la personnalité du médecin, ce n’est pas facile,e t cela devient vite tordu. Lui-même avec une jambe en mauvais état, addict aux anti-douleurs, refusant toute vraie relation humaine (sauf avec son seul véritable ami), House est un peu un anti-héros quand même. Et c’est ça qui fait le gros intérêt de la série. Parce que le rythe montré ci-dessus, qui correspond au « killer/freak of the week » de pas mal d’autres séries, ne renouvelle pas trop le truc. Surtout que le néophyte en médecine que je suis ne capte pas trop les détails, et a de la peine à assimiler les mille termes médicaux débités à la minute dans certaines tirades. Pas évident de rentrer dedans donc, si on veut vraiment comprendre. Alors oui on se concentre surtout sur l’humain, le comportement, l’évolution des personnalités. Et des difficultés qui se mettent en fil rouge (comme le cas du super investisseur qui veut virer House) mettent du piment là-dedans et donnent le plus aussi. A noter quelques épisodes particulièrement marquants, importants, super bien foutus, et qui expliquent beaucoup de choses en sortant du carcan standard. Je pense en particulier à l’avant-dernier de la saison qui est mon préféré (et pas que pour la présence de Carmen Electra…).

Bref, une série intéressante, parfois trop technique, mais qui met en place des personnages savoureux et du coup des relations entre eux très intéressantes. Ce que j’ai entrevu de la suite me laisse supposer une jolie évolution de House, donc c’est avec un certain plaisir que je vais m’y plonger.

2 réflexions sur « Dr House, saison 1 »

  1. J’adore cette série ! Totalement décalée avec un personnage complexe qui dérange, déroute et parfois dégoute : mais un personnage attachant ! On a tous du Dr House en nous et on aimerait pouvoir faire comme lui : dire vraiment ce qu’on pense et pas ce que les gens ont envie d’entendre.

    Je suis actuellement dans la saison 2 et je ne m’en lasse pas !

Laisser un commentaire