Serenity

Voilà, c’est fait, terminé…

Après avoir regardé la seule et unique saison de Firefly, je me suis penché sur Serenity, le film qui clôt le tout et est censé répondre aux questions en suspens. On reprend les mêmes et on brode. Afin que le film soit visible par celles et ceux qui n’ont pas vu la série, Whedon se fend d’un rapide récapitulatif au tout début sur l’Alliance, les indépendantistes, et la position du Serenity et de son équipage là-dedans. La 2eme scène enchaîne avec Simon et River avant leur arrivée sur le Serenity et pose donc bien le décor du film. Ici on va parler du mystère River, de ce qu’elle est et de son état bizarre. Pas de révélation sur le mystérieux passé du Sheperd Book, rien de transcendant dans l’évolution de l’histoire entre Mal et Inara, les autres personnages ne vont donc pas avoir de développements énormes. Mais par contre RIver, oui, elle est bien au centre et l’intrigue va se focaliser autour d’elle.

Rappelons qu’aux dernières nouvelles, on savait qu’elle avait été enlevée par des scientifiques de l’Alliance qui ont fait des expériences sur elle, et qu’elle en est ressortie avec des capacités psychiques et physiques hors du commun mais aussi un sacré grand dans le ciboulot. Son frère Simon l’a sortie de là et ils sont depuis pourchassés par l’Alliance qui veut les récupérer. Dans ce film, un gars spécialisé en black ops de l’Alliance est donc à leur poursuite et va les traquer. Et c’est pas un débutant. Il est balaise, sans morale, et la fin justifie tous les moyens. Ce qu’il y a de dommage là, c’est le passage à vide complet fait sur les hommes aux mains bleues, on ne les évoque même pas, alors que leur situation et leur matériel dans les épisodes de Firefly était intéressants à plus d’un titre.

Autre point de l’univers bien développé ici, ce sont les reavers, qui sont restés très en arrière dans les épisodes, souvent en trame de fond, mais qui sont ici utilisés à plein dans le scenar, dès le début d’ailleurs avec une attaque sauvage et aveugle de ces espèces de monstres plus ou moins humains cannibales, féroces et barbares. Ca rigole pas avec eux.

C’est donc entre l’Alliance et les reavers que Mal et son équipage vont évoluer afin de résoudre le secret entourant River. Et c’est pas gagné. L’équipage du Serenity n’en sortira pas indemne. L’action et les coups d’éclat pleuvent. Ca pète bien. Les révélations sont fracassantes, franchement j’aime bien la révélation finale et le gros secret de l’univers. C’est bien dommage que ça ait été résolu comme ça rapidement sur un film alors que le développement sur la série aurait donné bien plus de profondeur à tout cela. Mais bon, mieux vaut ceci en raccourci que rien du tout. Franchement, ça me soulage d’une bonne part de ma frustration quand à l’arrêt de la série. J’ai au moins eu pas mal d’explications sur plusieurs aspect de l’univers très intéressant développé par Whedon. Reste que j’en demanderais plus, je me suis vraiment bien éclaté.

A noter que l’on retrouve encore une fois le fantasme habituel de Whedon… Une jolie fille sexy, plutôt jeune, aux capacités hors du commun et capable de se battre comme une brute (Buffy et Echo, de Dollhouse, ne sont pas loin) ; ça fait très cliché. Mais ici le personnage est autrement plus torturé et étrange.

Sinon, ben on retrouve tout ce qui fait le charme de la série ; je ne vais pas épiloguer, le billet en lien plus haut vous dira tout le bien que je pense de cette série, de ses inspirations, de son contexte, de ses personnages, des acteurs, des situations, etc. Ici c’est en condensé, et on ne s’écarte pas de l’intrigue. Le film va droit au but et fonce dans le tas.

Dommage donc pour l’arrêt de la série, mais heureusement que ce film existe. Et il est bien.

Tiens, je découvre à l’instant un comics qui ajouterait de la profondeur à l’univers, entre la série et le film, expliquant des choses au sujet des mains bleues par exemple… Va falloir que je me dégotte ça, moi…

Une réflexion sur « Serenity »

  1. Ah, bah je vais attendre ton retour sur le comics alors. J’ai été dégoûté aussi de l’arrêt de la série.

Laisser un commentaire