Dexter, saison 2

Deuxième partie des aventures de mon serial killer péféré…

Après une première saison de pur bonheur, j’ai enchaîné cette suite de Dexter. Ce n’est seulement « toujours aussi bon », c’est mieux. On retrouve donc notre cher Dexter, toujours aussi phénoménalement interprété, aux prises avec ses pulsions et qui navigue entre sa façade de normalité et sa réalité. Très vite, tout s’enchaîne pour accumuler les emmerdes. Doakes le tient tellement à l’oeil que Dexter ne trouve plus d’occasions de se laisser aller à ses pulsions, ce qui provoque une grave crise identitaire. Debra vit chez lui depuis les horreurs vécues précédemment, s’immisçant dans sa vie privée, refaisant lentement surface et recommençant à envisager une vie amoureuse. Rita veut une relation de plus en plus solide. Mais surtout des plongeurs découvrent au fond de l’océan les sacs abandonnés par notre héros. Ce qui va plonger la ville dans une psychose absolue du Bay Harbor Butcher, avec comme conséquence de dépêcher sur place le FBI, mené par l’agent spécial Lundy. Rajoutons à tout cela que la mère de Rita débarque, n’appréciant guère Dexter, que le comportement de ce dernier va le faire passer pour un drogué et le faire suivre des séances pour s’en sortir, que la personne en charge de lui, Lila, est une superbe fille complètement à la masse, que Laguerta veut reprendre sa place mais devra naviguer entre amitié et carrière, etc.

Nombreux arcs, tous se mêlant de manière parfaite. Les fils se croisent et se défont de manière très fluide. Et le scenario se révèle devant nos yeux pour démontrer une belle maîtrise de l’écriture. L’intrigue monte, monte, la tension suit et l’on découvre un Dexter réellement profondément dans la merde, devant jongler entre tous les éléments de sa vie afin de tout garder. Mais surtout un Dexter qui se découvre des émotions, élément révolutionnaire et parfaitement nouveau pour lui. Et puis il y a le passé de Dexter aussi qui refait surface ; un passé qui a fait de lui ce qu’il est, et dans lequel de nombreux secrets sont encore cachés ; pas mal de ces secrets vont être déterrés au cours de cette saison extrêmement prenante.

La qualité des personnages et des acteurs est toujours au rendez-vous et fait beaucoup pour la qualité globale de la série. Tous les personnages sont d’une profondeur impressionnante, ils forment une galerie de personnalités complexes poussées dans leurs retranchements (l’évolution de Doakes ou Battista par exemple, les dilemnes de Debra ou de Laguerta, sans parler de Dexter qui est une pure merveille). Les acteurs suivent ces personnages avec un talent bluffant. Le tout est filmé de très belle manière, avec des prises de vues superbes et des moments vraiment très forts en émotions sans jamais tomber dans le gnan gnan ; et franchement éviter le gnan gnan quand on aborde les relations amoureuses, ben c’est pas tuos les jours que la TV nous le propose. La musique est aussi toujours au top.

Bref, tous les commentaire s élogieux de la première saison peuvent être repris ici et accentués. Rien à redire si ce n’est « vivement la suite »…

Laisser un commentaire