[Rec2]

Et voilà, la suite d’un film bien flippant… La question était de savoir comment ils allaient garder le concept en innovant suffisamment et en reprenant les éléments essentiels. Pari réussi.

J’avais dit tout le bien que je pensais de [Rec] premier du nom, ce film espagnol de zombies en huis-clos étouffant qui était une grande réussite. [Rec2] s’inscrit comme une suite toute proche, puisque le film commence avant même la fin des événements du premier. Vu de l’extérieur, le bâtiment est entouré d’une protection bactériologique et protégé par des forces de l’ordre qui ne laissent rien passer. On rejoint un squad d’intervention dans son bus en route pour les lieux ; ils doivent y pénétrer avec un scientifique spécialiste et voir les problèmes sur place. Chacun a une mini-camera à son casque, et l’un d’eux en a une plus grosse de meilleure qualité. Le concept de [Rec] est repris, on verra donc tout sous l’angle de ces cameras (notons qu’il y en a plusieurs cette fois, qu’elle peuvent communiquer et l’image de l’une s’incruster dans l’autre). Nos petits flics vont donc être rapidement plongés dans l’horreur de cet immeuble. Et le massacre va commencer. Moins d’intro que pour le premier, l’action commence de manière plus directe et plus rapide. En parallèle, un groupe d’ados et un pompier se sont introduits discrètement dans l’immeuble et s’y retrouvent bloqués aussi. Deux groupes qui vont se rejoindre pour unir leurs forces pour tenter de survivre dans cet enfer oppressant.

[Rec2] réussit le tour de force de renouveler une base de camera subjective qui nous plonge dans le coeur de l’action. Et qu’est-ce qu’elle est bien utilisée. Au point que seule son utilisation permet de résoudre le mystère. D’ailleurs, parlons-en du mystère… Cet épisode nous donne des révélations quand à la source de l’épidémie, et c’est très sympa. Ca se cale fabuleusement bien dans le contexte espagnol-catholique latin du film ; les explications, le passé, les secrets, c’est du lourd et du sombre, du trash, du sordide. Le déroulement de l’action est très bien mené, avec une montée en puissance, des alternances de calme et de gros stress, de repos et de baston. Comme dans le premier, la camera à l’épaule est suffisamment stable pour rester globalement lisible, et suffisamment mouvante pour être crédible. Et du coup on voit bien les zombies nous arriver en pleine face. Quelques passages un peu gros (comme le passage des ados qui est bloqué) mais dans l’ensemble c’est super cohérent et soutenu. Un peu plus d’action brute que dans le premier, mais ça reste très bien dosé avec l’angoisse ; après tout, on a affaire à un squad d’intervention de la police cette fois (un peu comme le passage d’Alien à Aliens).

Et puis surtout il y a le final, encore plus énorme que celui du premier. Certes, on peut le voir venir, mais je ne le pensais pas si gros. Y’a pas à dire, le non-happy end, ça  du bon. Cette fin peut ouvrir sur un troisième opus carrément cataclysmique, à voir. D’ailleurs il semblerait d’après mon google-fu que deux films soient en préparation, un [Rec]Genesis sur les débuts de l’infection, une préquelle à ceux-ci ; et un [Rec]Apocalypse qui se déroulerait donc après. Souvent, ce jeu sur une franchise qui marche et que l’on tire sur la corde jusqu’à ce que les vaches à lait de cinéphiles n’aient plus un rond, ben ça se révèle pas bon, et la franchise y prend un mauvais coup (je pense à Saw par exemple). Pour celle-ci, je leur laisse le bénéfice du doute, on verra. En tout cas, ces deux films [Rec] et [Rec2] sont vraiment d’excellents moments, bien flippants, et remplis de bonnes idées. Je conseille fortement…

Une réflexion sur « [Rec2] »

Laisser un commentaire