Pix

Allez hop, un petit mot sur Pix, un jeu qui mérite pas mal d’attention, écrit par David Franck et Laurent Escoffier, et édité chez Gameworks. C’est pour 4 à 9 joueurs, dès 8 ans et on nous annonce des parties de 30-40 minutes. On est là dans le jeu familial simple, accessible, et surtout plein de bonne humeur. Du genre party-game ou jeu d’ambiance qui déride les zygomatiques. Pix c’est aussi un jeu de dessin, mais dans la veine moderne, c’est-à-dire où tout le monde s’amuse et a ses chances, quelles que soient ses compétences en dessin. Eh oui, Pix ne vous demande pas de bien dessiner ; il ne vous met même pas de crayon, stylo ou feutre dans la main. Il vous demande de représenter un mot sur une grille de 9 par 9 carrés avec de petits carrés noirs qui seront donc comme des pixels. Eh oui, un retour au bon vieux temps des designs informatiques ultra-pixellisés, de la basse résolution ; ou alors un surf sur la vague hype du pixel-art. Avec 20 pixels à disposition (plus un pixel rouge et une petite flèche), pas évident de représenter des termes assez complexes (les pixels adhérent magnétiquement aux plaquettes). Et c’est là que l’imagination va prendre le pas sur la compétence de dessin. Il va en falloir de l’inventivité.

Pix se joue par groupes (on ne va pas dire par équipes car c’est quand même du chacun pour soi), entre 2 et 3 selon le nombre de joueurs. Chaque membre du même groupe doit représenter un même terme apparaissant sur une carte tirée au sort. Tout le monde prend donc sa plaquette et tout le monde joue en même temps. Le premier qui a terminé crie Pix et retourne le sablier, laissant donc aux autres joueurs 30 secondes pour terminer leurs œuvres respectives. Ensuite, on prend un groupe et on demande qui a utilisé le moins de pixels pour créer son dessin (la flèche comptant comme 2 et le carré rouge comme 4), et c’est ce joueur qui va montrer sa plaquette aux autres. Les joueurs du ou des autre(s) groupe(s) auront le temps d’un sablier pour trouver ce qui est représenté. Si l’un d’eux trouve, il recevra un point, tout comme le dessinateur. Sinon, le joueur suivant dans le nombre de pixels utilisés va montrer son œuvre (et empochera un point si le mot est trouvé). Si personne ne trouve, on donne un indice qui figure sur la carte ; mais là, si le mot est découvert, seul celui a trouvé empoche le point, tant pis pour les dessinateurs. On procède de même pour tous les groupes. Puis on fait le deuxième mot de la carte. Après on fait tourner les tablettes, ce qui change la répartition des groupes. On joue 8 cartes, et on compte les points.

L’intérêt de Pix vient vraiment de sa convivialité, de la bonne humeur qu’il met en place, et aussi du renouveau qu’il apporte aux jeux de dessin. Oui c’est vraiment un système novateur. Très intéressant. Très sympa. On rigole pas mal pendant ces parties, à tenter de comprendre ce qui a été dessiné dans cette configuration low-tech de basse résolution. Il y a donc de la créativité, comme dit plus haut ; mais il faudra aussi jouer à l’économie, puisque c’est en utilisant le moins de pixels qu’on a le plus de chances de prendre le point. Minimalisme donc.

Un très bon jeu d’ambiance à mon avis. Qui plus est serti dans un bien bel écrin avec une boîte et un design parfaitement adaptés et de qualité. Allez, soyons fous, allons jusqu’à le recommander pour les achats de Noël à mettre sous le sapin de la famille…

La page du jeu sur le site de l’éditeur

La fiche Tric Trac

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.