Jack et la mécanique du coeur

20625181On a ici un film qui provient d’un livre qui provient d’un disque. En fait cette histoire est un tout multimédia, support pour la pensée un peu folle de Mathias Malzieu, le talentueux leader de Dionysos. Ce long métrage d’animation magique nous raconte donc l’histoire de Jack, né le jour le plus froid du monde, et dont le cœur gelé a été remplacé par une horloge sous les doigts de fée du Docteur Madeleine qui est devenue sa mère adoptive. Afin de ne pas détraquer cette horloge, Jack ne doit ni s’énerver, ni la toucher ni tomber amoureux. Et bien évidemment, comme dans Gremlins, ces trois règles vont être bousculées. En particulier celle de l’amour. Parce que oui, La mécanique du cœur c’est d’abord et avant tout une belle histoire d’amour, fable imagée métaphore de la relation entre Mathias et Olivia Ruiz, sa compagne, la gracieuse Miss Accacia du film. On retrouve ici la richissime liste des invités présents sur le disque déjà, dans les divers rôles qui accompagnent cette histoire. Et bien entendu le film prend la forme d’une comédie musicale avec l’essentiel des morceaux de l’album, parfois réarrangés.

Porté par une esthétique chaleureuse et attirante, aux couleurs chatoyantes ou froides selon l’ambiance désirée, le film est un délice pour les yeux. les personnages sont attachants, agréables, et savent créer l’émotion ; ces alter-ego en images de synthèse restent proches de leurs modèles humais qui leur donnent leurs voix. La réalisation de qualité permet une animation fluide et agréable, y compris dans les délires oniriques rencontrés. On est ici dans l’univers semi-burtonien mais bien particulier et très personnel de Mathias Malzieu, un génie aussi bien musical que lorsqu’il s’agit de conter une histoire. Il nous sert avec ce film un véritable conte magique, comprenant un voyage initiatique, des rencontres marquantes, un héros qui se dépasse, et une très belle histoire d’amour. L’auteur démontre aussi sa maîtrise de la langue française, comme on peut le voir déjà dans les albums de Dionysos ou dans ses autres bouquins. Fin et subtil, avec de l’humour et surtout de l’émotion, ce film est une vraie réussite, porté bien entendu par une bande originale magnifique.

Jack et la Mécanique du cœur est un très bon et beau film, rythmé et tendre, prenant, rempli d’humour et d’amour, un petit bijou d’animation, décalé comme son créateur, avec ce grain de folie inhérent à Mathias. Un grand bravo donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.