Sicario

sicario-largeCe film a fait pas mal parler de lui lors de sa sortie l’année passée ; j’en ai entendu beaucoup de bien, il était donc temps que je le regarde. On se trouve avec Kate, une agent du FBI super au taquet, motivée et idéaliste qui veut faire le bien et mettre à bas tous les méchants. Elle vit seule, juste pour son job. Kate travaille dans la lutte contre le trafic de drogue, sur le terrain, dans des opérations assez dures et violentes. Elle est embarquée par un groupe un peu moins officielle pour une opération un peu plus secrète se déroulant des deux côtés de la frontière mexicano-américaine, avec pas mal de secrets et de trucs qu’on ne veut pas partager avec elle. Sans parler de ce bizarre consultant sorti d’on ne sait où. Ses convictions remises en cause, son monde très noir/blanc va se teinter de nombreuses teintes de gris, et tout va gentiment partir en sucette autour d’elle.

Sicario est un polar, un thriller, avec quelques scènes d’action certes mais ce n’est pas là son cœur ; cette action est brute, sans concession, carrée, mais n’envahit pas le film. On est ici sur un film qui plonge au cœur des compromis à faire pour lutter contre les méchants. On est ici dans l’ambiance sordide, dans les jeux de pouvoir et de manipulation, dans les alliances pas très claires. Difficile de tracer la frontière entre le gentil et le méchant au final. La plongée au cœur du trafic de drogues avec toutes ses violences et ses exactions est terrible. Et les troubles de l’héroïne en sont la preuve. On la suit en découvrant en même temps qu’elle les sombres secrets ; le spectateur peut dès lors facilement s’identifier à Kate. Le tout repose sur une très très bonne ambiance magnifiquement rendue par de très beaux plans (rha cette préparation d’assaut au coucher de soleil) et une réalisation de qualité ; il faut dire que Denis Villeneuve a réussi en quelques films (dont le très bon Prisoners) à montrer qu’il est capable de faire fort (pas pour rien qu’on l’attend sur Blade Runner 2). La bande-son est aussi très bonne. Et on a des acteurs vraiment au taquet qui posent des personnages ayant de la profondeur, Emily Blunt, Benicio del Torro et Josh Brolin en priorité.

Un très bon thriller donc, une plongée dans le monde terrible du trafic de drogues entre le Mexique et les Etats-Unis sur fond de manipulation et de sales coups. Certes, si on recherche le polar d’action survolté, on sera déçu. Mais pour l’ambiance posée et la qualité de la réalisation, Sicario est un très bon moment de cinéma.

Une réflexion au sujet de « Sicario »

Laisser un commentaire