Wolfmother aux Docks

20160823_220418Je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais des deux derniers albums en date de Wolfmother, New Crown et Victorious, sans parler de tubes magistraux plus anciens genre Woman ou Joker and the Thief. Un groupe qui déboîte bien et qui me faisait très envie de voir en live. C’est chose faite puisqu’ils étaient l’autre soir aux Docks à Lausanne pour une soirée de riffs, de rock et de fuzz. Miam.

Bon alors il faut bien retenir que ce groupe repose quand même un peu beaucoup énormément sur Andrew Stockdale, chanteur, guitariste, auteur, compositeur et principal musicien de pas mal de pistes sur album. Du coup le monsieur est un peu au centre de l’attention en live. Même s’il ne communique que peu directement avec le public (une ou deux phrases, rien de bien folichon), il établit malgré tout un lien par son plaisir à jouer devant du monde. Son sourire et son énergie sont vraiment des preuves de ce lien de vrai musicien qui prend son pied sur scène.

Guitariste émérite en plus d’avoir une voix qui claque, il sait aussi donner dans le show avec postures rock’n’roll et petits sauts. Cela n’empêche pas ses deux comparses d’assurer aussi leur part du show. Le bassiste-claviériste passant easy en plein morceau d’un instrument à l’autre (et même les deux en même temps parfois) est assez dingue, sautant, faisant tournoyer sa basse, headbangant avec sa coupe de woodstockien. Le batteur déchaîné qui fait claquer ses fûts avec une énergie et une précision implacables. Parce que ouais en plus de faire de la bonne musique, ces gars sont juste très bons. Stockdale prend le temps de s’éclater sur des solos de guitare qui envoient du bois. Quelques morceaux que je ne connaissais pas, mais surtout des titres des deux albums les plus récents, avec les tubes cités plus haut ou les plus récents Victorious ou Gipsy caravan, qui ont mis le feu à un public dynamique. Le son rugueux et les riffs 70’s rendent vraiment bien en live. A seulement trois musiciens sur scène, le groupe assure et rend vraiment sa musique.

Un petit mot sur le groupe en première partie, les suisses de Dirty Sound Magnet, un trio bien barré, lui aussi type 70’s dans son look comme dans ses riffs, avec certains morceaux tendant vers le rock prog. Une belle énergie, et là aussi un talent musical non négligeable, un excellent choix pour ouvrir la scène à Wolfmother et pour chauffer la salle, une belle découverte pour moi.

Et y’a pas à dire… de la bonne musique en live jouée par des gens qui prennent un vrai plaisir à la jouer et où ce plaisir se lit sur leurs visages, ben c’est juste toujours aussi incroyable.

20160823_215157

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.