Batman – The Dark Prince Charming

Ce diptique de BD est une petite révolution en soi car Marini s’avère être le premier auteur de la tradition franco-belge (même s’il est italien et habite en Suisse) à obtenir le droit de créer une aventure de Batman. Marini c’est Gipsy, L’Etoile du Désert, Rapaces, Le Scorpion, bref pas n’importe qui. J’aime beaucoup ce qu’il fait, son trait, ses couleurs, son style aussi bien narratif que visuel. Et là il s’attaque à un des plus grands monuments, un personnage mythique.

On a donc notre Chevalier Noir traquant le Joker comme souvent, mais cette fois tous deux tournent autour d’une petite fille aux origines intéressantes. On retrouve aussi dans la boucle une série de personnages iconiques comme Catwoman, Harley Quinn, Alfred, Gordon ou encore Killer Croc. Le tout pour une aventure en deux tomes qui s’avère prenante et rudement bien menée. Avec un Batman froid et dur, un Joker complètement barré et psychopathe, une Harley à la masse et toujours dans sa relation malsaine avec Mr J, une Catwoman séductrice et jouant toujours double jeu, bref des personnages qui restent dans leurs cases, qui gardent leurs repères. L’intrigue touche Batman/Bruce Wayne de manière très personnelle, ce qui a tendance à l’impliquer davantage. Rien de fondamentalement novateur, pas de révolution du mythe de la chauve-souris quoi.

Marini sait nous conter une histoire prenante. On tourne les pages avec passion, désireux d’aller au bout et d’avoir le fin mot de l’histoire. Le rythme est bon, les enjeux bien posés. L’intrigue est agréable, même si elle ne révolutionne pas le genre. Marini connaît les codes des comics et de Batman, il en a bouffé et les a digérés, sachant les ressortir mais à sa sauce.

Le trait de Marini est très réussi, comme toujours. De larges plans sur la ville posent une ambiance que les décors plus rapprochés confirment. On retrouve une cité moderne et gothique, sombre, oppressante. Et des gros plans tendus. Le character design est très réussi. J’aime beaucoup son Joker qui, en plus d’être réellement complètement sociopathe, tente son numéro de charmeur et d’humoriste. Harley et Catwoman se révèlent dangereusement sexy. Les personnages sont bien rendus.

Une nouvelle aventure de Batman qui en elle n’a rien de franchement très neuf (si ce n’est ce côté très personnel de l’enquête). Mais un traitement nouveau par un artiste qui n’en avait pas tâté jusque là. J’ai beaucoup aimé (mais je suis pas mal fan de Batman, du Joker et de Marini, donc pas trop objectif). Je conseille…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.