Killing Gunther

Bon ben voilà un film dont j’avais trouvé la bande-annonce amusante et que j’avais mis dans un coin pour « un jour quand j’aurai le temps ». J’ai pris le temps, et bon ben voilà, ça n’a rien de franchement extraordinaire. On y plonge dans le monde des tueurs à gage, et en particulier l’un d’entre eux, Blake, qui veut descendre le meilleur des tueurs pour devenir le meilleur. Il engage pour cela un groupe d’autres tueurs, chacun avec sa spécialité, et une équipe de tournage afin de filmer ses tentatives. Mais le meilleur tueur n’est pas le meilleur sans raison, et il va bien entendu déjouer les attaques contre lui au fur et à mesure, avant une confrontation finale.

Avec l’équipe de tournage engagée, le film a un style « documentaire », « found footage » parfois amusant (avec un humour noir lorgnant sur C’est arrivé près de chez vous sans en être au niveau) parfois pénible (certaines scènes ne sont guère lisibles vues par cette unique caméra). On ne voit que ce que filme la caméra de l’équipe. Et on sent que cette astuce est utilisée pour combler certaines limites financières (comme souvent). Au passage, le réalisateur se permet quand même de jolis (faux) plans-séquence assez épiques lors de scènes de combat (en particulier dans les bureaux), puisque le caméraman ne doit jamais couper, selon les instructions données.

Avec un scénario pareil et une idée aussi débile, on pouvait s’attendre à un gros délire bien drôle, une série B bien conne qui défoule et qui fait vraiment plaisir. On n’en est pas là. Le scénariste/réalisateur Taran Killam n’arrive pas à donner le niveau voulu. S’il a pas mal joué devant la caméra (en particulier dans des séries), se donnant même le premier rôle ici, c’est son premier film derrière celle-ci et je pense qu’il a encore un peu de boulot avant de nous fournir quelque chose de vraiment bien. Le rythme n’y est pas trop, l’humour noir voulu ne l’est pas assez, bref il manque vraiment quelque chose à ce film. Il faut aussi savoir que le truc est vendu en précisant que le fameux Gunther a buter, c’est Schwarzie, mais finalement la star n’apparaît que très peu et cela fait vraiment artificiel et tentative éhontée d’attirer du public ; d’ailleurs, connaissant la capacité de l’acteur à ne pas se prendre au sérieux (Last Action Hero, True Lies, Expendables,…), je comptais beaucoup sur sa présence, et j’ai donc été déçu. Devant la caméra, outre l’omniprésent réalisateur Taran Killam, on a Cobie Smulders (Avengers, Les Agents du SHIELD,…), Kumail Nanjiani, Ryan Gaul, Bobby Moynihann, Randall Park, Paul Brittain et Hannah Simone. Dans des rôles souvent très clichés, et sans grande ampleur. Sans grand fond. Sans grand intérêt.

Un film à l’intrigue plate et convenue, aux moyens limités, pas toujours bien rythmé ni tourné, avec des acteurs qui ne font pas des étincelles. il vaut pour quelques scènes bien foutues et quelques punchlines, mais surtout pour le personnage de Gunther qu’on ne voit que trop peu. Bref, rien de très faramineux ici, dispensable en somme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.