Ad Astra

Dans un futur proche, sur Terre, on constate des surcharges électriques venues de l’autre bout du système solaire. Ces surcharges sont énormes et risquent de provoquer des cataclysmes mettant en péril la survie de l’Humanité. Elles semblent provenir d’un vaisseau que l’on croyait perdu corps et biens 16 ans auparavant lors d’une mission de recherche de vie extra-terrestre. Le fils du capitaine de ce vaisseau disparu est envoyé en mission pour raisonner son paternel et ainsi nous sauver tous. Bien entendu, les choses ne vont pas se passer comme prévu.

Très souvent, science-fiction rime avec action. Ici ce n’est que très peu le cas. Si on a bien une ou deux scènes d’action (dont cette incroyable course-poursuite en rover avec gravité très réduite), le film s’intéresse à bien autre chose. Ad Astra est une introspection, un voyage initiatique, un questionnement des relations père-fils. Le tout mis en scène avec un doigté et une finesse impressionnants. Parce que oui, le film est magnifique. James Gray signe ici une véritable réussite d’un point de vue technique. On en prend plein les yeux avec des images magnifiques, comme on en avait déjà dans The Lost City of Z . Mais ici c’est l’espace qui donne toute sa profondeur et son ampleur dans des plans vraiment réussis. On a une réelle impression d’y voyager. Le spectateur est plongé dans ce voyage aux confins du système solaire et franchement ça en vaut le détour. D’autant que le tout est magnifiquement accompagné pour les oreilles, avec parfois ces silences typiques du vide spatial qui entourent des événements que l’on attendait bruyants.

Devant la caméra, Brad Pitt (Kalifornia, Entretien avec un vampire, Seven, L’armée des 12 singes, Sleepers, Fight Club, Snatch, Inglourious Basterds, Fury,…) donne tout et porte à lui seul quasi l’ensemble du film. Introspections, réflexions, hypothèses, délires, tout y est et la prestation est vraiment très forte. Les autres rôles sont assez anecdotiques face au temps de présence à l’écran de Pitt, mais on notera quand même les prestations de Tommy Lee Jones (Piège en haute mer, Le Fugitif, Men in Black,…), Donald Sutherland ou Liv tyler (Armageddon, Le Seigneur des Anneaux, L’Incroyable Hulk, Super,…)

Un film magnifique, une interprétation très forte, des images à tomber, et des réflexions intéressantes. Un tout bon film que voilà. Pour peu que l’on sache un peu vers quoi on va tirer. Ce n’est pas de la traditionnelle SF-baston. Le film a bien plus que cela à offrir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.