Dollhouse, saison 1

Le nouveau bébé de Joss Whedon, c’est Dollhouse… Et c’est bien.

Qu’est-ce que la dollhouse? C’est ce que veut savoir exacteent un flic qui enquête sur des disparitions de jeunes filles. La dollhouse c’est un peu une légende urbaine, un truc qu’on se raconte pour déconner dans la rue. Une endroit où on peut louer n’importe quelle personne. On y trouverait des humains à la personnalité effacée dans lesquels on peut implanter n’importe qui. Du coup, cela serait un moyen pour les personnes suffisamment fortunées de se payer non seulement un fantasme sexuel (pour le truc de base), mais pourquoi pas le top du top des négociateurs, des tueurs à gages, des agents secrets, et j’en passe. Tout peut exister. Bien sûr, la Dollhouse n’est pas qu’une légende urbaine et elle existe réellement. Utilisant une technologie de pointe gardée secrète, cette société peut donc produire la personne dont vous rêvez et vuos la louer.

Du coup, on part sur de premiers épisodes qui sont une série de « mais qu’est-ce que peut faire une doll? ». Accumulation de trucs décousus mais sympas pour montrer les possibilités offertes par tout cela.

Mais surtout on va plus loin que ça. Y’a le flic dont je causais plus haut, en fait au FBI, seul au monde à croire pouvoir abattre la dollhouse. Son enquête va se mêler des affaires de la société, et cette dernière utilisera de terribles moyens pour le détourner. Et puis il y a aussi le pourquoi et comment de la dollhouse qui semble avoir d’autres buts que simplement amasser du fric avec ses activités ; qui parle de conspiration? A cela on ajouetar une expérience particulièrement ratée et une évolution des humains « vidés » servant d’écrins aux fantasmes. Et on obtient des arcs qui se rejoignent de manière sympa.

Pour rendre le tout plus vendeur, on notera le goût du sieur Whedon pour les jolies miss. Parce que la série est aussi un alignement de minettes. Bon, OK, elles jouent en général bien, c’est pas juste pour la déco. Nan, les acteurs s’en tirent globalement bien, avec certains personnages qui sont vraiment bien sentis (moi j’aime bien Topher, et Dominic qui gagne en intérêt au fur et à mesure aussi). La musique est au rendez-vous aussi, les décors intéressants. Bref, de bons éléments. Manque peut-être un petit je ne sais quoi pour la rendre vraiment « plus ». Mais c’est une très bonne base quand même. Comme souvent cependant, je vais attendre la suite et voir où on nous mène avec tout ça. Parce que des séries prometteuses foutues en l’air par des suites capillotractées sans queue ni tête, on en a vu. Donc wait and see.

A noter que, pendant un moment, on annonçait la fin de la série après la 1ere saison, une coupure voulue par la chaîne et non Whedon. Du coup a été fait un épisode spécial en 13eme de la saison, intitulé Epitaph One, que je n’ai pas encore vu, et qui donne une espèce de vue de ce que pourrait être l’avenir dans ce monde. Finalement, il y aura une suite, donc uen saison 2, qui va arriver et que j’attends avec impatience ; quel lien avec Epitaph One? Difficile à dire…

3 réflexions sur « Dollhouse, saison 1 »

Laisser un commentaire