Iron Man 2

Et c’est donc le retour du plus frimeur des super-héros, j’ai nommé Tony Stark, aussi connu sous le nom de Iron Man. On l’avait laissé à la fin du n°1, après avoir démoli sa face au méchant de service, et qui annonçait à la presse sa double identité. Ici donc, tout le monde sait que Tony Stark et Iron Man ne font qu’un. L’homme d’affaires richissime, frimeur, amateur de belles filles et de bolides, à la tête d’un empire technologique ; et le super-héros en armure capable de voler et de tout démolir pour défendre la liberté et la justice. Iron Man est devenu une icône entre les deux films, les gamins se déguisent, on l’idolâtre et il est devenu la première ligne de défense des USA. Invincible, il repousse les criminels de tous poils. Mais certains sénateurs ne veulent pas d’une telle puissance, refusent de voir ainsi privatisée la défense du sol américain. Surtout entre les mains d’un tel frimeur qui se la pète. Et puis il y a cet homme qui a une dent contre Stark, un obscur type de l’Est, surdoué lui aussi, et qui dispose des plans pour construire de quoi en remontrer à l’homme en armure. Et si l’on expose au public qu’Iron Man n’est pas intouchable, qu’est-ce qui se passe?

Comme dans le premier film, on est surtout là pour que ça pète bien. Des bastons, des explosions, des cascades, des grosses beignes. C’est tout ce que l’on demande, et on a. L’intrigue en elle-même n’est pas bien complexe, mais là n’est pas le but. On se prendra à apprécier l’attitude de l’armée et de Rhodes par rapport aux diverses armures de Stark. D’ailleurs un regret au niveau baston, je trouve la bagarre contre le boss de fin un peu trop rapide, il se fait un peu facilement rétamer sa face ; mais y’aura déjà eu bien de la bagarre et des poursuites juste avant, et faut pas non plus trop en demander. Le film est très sympa, avec de bonnes trouvailles (ce double fouet électrique, c’est franchement fun). On introduit Nick Fury et le Shield (dont j’ai de vagues souvenirs de l’époque où je lisais les comics). Et le tout, mêlé à la fin du Hulk de Leterrier, annonce le fameux film The Avengers, prévu sous la houlette de Joss Whedon himself pour 2012 (ça promet).

On a donc un réalisateur à l’aise dans son style blockbuster d’action, qui maîtrise ses scènes de bagarre, tout va bien. Mais surtout je retiens Robert Downey Jr, encore mieux ici que dans le premier. Grande gueule, frimeur, incroyablement puant, le genre de personne que je ne supporterais pas en vrai (la première scène dans la bande annonce ci-dessous est juste magnifique et parfaitement représentative). Et ici il est splendide. Il donne un très gros plus au personnage, avec son charme, sa tchatche, sa dégaine, son attitude, tout y est. A côté de lui, le reste du casting tient assez bien la route aussi, puisque Mickey Rourke est très bon en gros méchant tatoué de partout, et que les autres noms sont toujours au bon niveau qu’on leur connaît, que ce soit Scarlett Johannsonn, Gwyneth Paltrow, ou encore Samuel Jackson.

Ah oui, faut que je dise encore un mot sur la bande-son. Mortelle! Les meilleurs succès d’ACDC, guitares en avant, pour accompagner les bastons d’Iron Man, ça en jette. Mais aussi les Clash, Daft Punk, Beastie Boys, que du bonheur quoi.

Un bon gros blockbuster de service, divertissant à souhait, avec plein de gros moments et un méchant fort sympathique. Sortez le pop-corn et affalez-vous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.