Le livre de la jungle (2016)

L’année passée est sortie cette version dite « live action » du Livre de la Jungle, l’un des grands classiques Disney datant de 1967. Il s’insère dans la politique actuelle de Dsiney de refaire tout plein de leurs films d’animation en version « avec de vrais acteurs » (=live action). Dans le cas présent, il y a finalement peu d’acteurs en vrai à  l’écran, vu que plein de personnages sont des animaux ; ils sont par contre très présents dans le doublage. On aime ou pas cette politique de Disney (assez symptomatique du manque d’originalité qui règne à Hollywood où les gros films sont presque toujours des suites, remakes, préquels et autres spin off), il n’en reste pas moins que ce film existe, que je l’ai vu, et que j’ai envie de vous en dire deux mots.

L’histoire reprend grosso modo celle du film d’animation, avec quelques scènes en plus ou en moins, mais avec aussi les reprises quasi telles quelles de certains moments emblématiques (on pense en particulier au « Il en faut peu pour être heureux » de Baloo). Le petit d’homme Mowgli trouvé dans la jungle, confié à une mère louve, poursuivi par le méchant tigre Shere Khan, emmené vers le village des hommes par l’ours Baloo sous la surveillance de la panthère Baghera, avant de finalement affronter le tigre pour finir en beauté.

Sauf que tout est noirci, plus sombre, plus angoissant. Les animaux réalistes sont bien plus impressionnants, les décors, l’histoire, tout est plus dur. Le film clairement tout publics de 1967 a laissé la place à un film déjà pour plus grands (âge légal 8 ans), en particulier sur grand écran dans une salle sombre avec le son à coin. Il y a des passages réellement impressionnants, on est dans la débauche et la surenchère de toujours vouloir nous en envoyer davantage dans les mirettes.

Bon, il faut dire une chose, ce film est une vraie réussite technique. Le réalisateur Jon Favreau (Iron Man 1 et 2) a poussé la chose très loin, et le rendu est absolument grandiose. Un mélange de créations en dur sur le plateau, de beaucoup d’effets numériques, de performance capture lorsque les acteurs ont doublé les animaux, tout cela donne un résultat qui en jette. Sans compter que le film a été tourné en fonds verts et pas en décors naturels. Au milieu de tout cela, le petit Neel Sethi (Mowgli) a du avoir pas mal de peine à se positionner.

Au niveau des voies, je regrette un peu de l’avoir vu en vf (visionnage familial oblige), car le doublage en vo inclut carrément Ben Kingsley, Bill Murray, Idris Elba, Scarlett Johansson et Christopher Walken, rien que ça. Chez nous on a eu droit à Lambert Wilson ou Eddy Mitchell, pas trop mal non plus mais pas au même niveau…

Au-delà de la polémique sur le manque d’imagination actuel des grands studios, ce film est sympa. Pas transcendant. Divertissant. Peut-être parfois le cul entre deux chaises car il se destine quand même à des enfants mais il me semble parfois un peu sombre pour les petiots (selon l’âge et la perception de tout ça).

Une réflexion au sujet de « Le livre de la jungle (2016) »

  1. Au niveau des voies ?
    J’ai bcp aimé le film et sur ce point particulier je trouve la prestation d’Eddy Mitchel ENORME (meilleure même que la VO de C. Walken)

Laisser un commentaire