Insaisissables 2

J’avais bien aimé le premier Insaisissables, un film qui avait ses jolies scènes et ses moments de grand spectacle, et surtout son twist final à la manière de la révélation d’un tour de magie. Avec le succès de ce film, une suite était prévisible, mais elle s’avérait compliquée. D’une part parce que le premier donnait déjà dans le grand spectacle et qu’une suite doit toujours aller plus loin (en théorie) ; d’autre part parce que la fin du premier révélait le grand twist et qu’il fallait en trouver un autre à cacher là-derrière. On a donc nos magiciens, dont les 3 mecs qui sont en cavale, planqués, toujours recherchés, et la fille qui a quitté l’équipe sans que l’on perde trop de temps à l’expliquer (actrice enceinte au moment du tournage oblige), et donc un nouveau rôle féminin à reprendre avec l’introduction un peu forcée d’un nouveau personnage, et il y a toujours le chef d’équipe/agent du FBI qui manipule le truc, ainsi que le grand démystificateur de tours de magie. On rajoute un épisode d’enfance à un membre de l’équipe, histoire de lui donner du poids, et on jette le tout dans une intrigue tordue. Ils vont se retrouver au sein d’une grande conspiration et vont devoir grosso-modo sauver le monde libre, le tout toujours sur le mode du film de braquage.

Bon ben si le premier était un film d’action honnête à grand spectacle, celui-ci est quand même un gros cran en-dessous. Des motivations un peu tordues, des révélations nettement plus prévisibles, une histoire pas super bien foutue. Les acteurs sont eux toujours au taquet et je retrouve avec un grand plaisir Jesse Eisenberg, Woody Harrelson, Michael Caine et Morgan Freeman en premier lieu. Lizzy Caplan ajoute un peu de fraîcheur et une nouvelle dynamique en débarquant dans l’équipe. Et la présence de Daniel Radcliffe est assez agréable. On retrouve aussi Jay Chou (de The Green Hornet). Alors certes les tours de magie sont impressionnants, et il paraît que les acteurs ont beaucoup travaillé avec des pros pour effectuer de vrais trucs bien barrés. Il y a là pas mal d’esbroufe car cet aspect visuel cache la pauvreté du reste. Dommage. Et on annonce un 3eme film, à ce que j’ai entendu, avec même Benedict Cumberbatch (ben oui, après avoir eu Harry Potter, il fallait Doctor Strange pour un film de magiciens).

Bref, c’est pas un mauvais film, mais pas un bon non plus. Un divertissement tranquille qui tente d’en mettre plein la vue mais en voulant trop en faire sur la base d’un premier film qui se suffisait à lui-même.

Laisser un commentaire