Les Animaux Fantastiques

Madame Rowling s’est fait un joli pactole avec sa saga Harry Potter, livres et films. Et l’univers s’est étendu, pas seulement avec les trilliards de fan fics que l’on peut trouver sur le web, mais aussi avec des travaux officiels. Il y a PottermoreLes contes de Beedle le barde,  L’Enfant maudit, et j’en passe. Et puis il y a ce film, Les animaux fantastiques, écrit par Rowling elle-même et réalisé par David Yates (déjà derrière la caméra pour les quatre derniers films de la saga). Les liens avec la saga Harry Potter sont présents mais légers, et il n’est pas indispensables de connaître les aventures du petit sorcier pour apprécier ce film. On est ici aux Etats-Unis, dans les années 1920. Là-bas, les Mages sont persécutés par une secte. Des événements inexplicables se déroulent en ville. Le monde des Mages se remet tout juste de la menace d’un méchant mage puissant qui voulait dominer les Non-mages (une impression de déjà-vu?). Dans ce contexte, Norbert Dragonneau débarque pour la première fois sur ces terres, pas très au fait des pratiques spécifiques des Mages américains. Il transporte avec lui des créatures magiques normalement interdite dans ce pays, et suite à un concours de circonstances particulier, ces bestioles vont s’échapper dans New-York, semant un peu le bordel là où elle vont passer. En cherchant à les récupérer, Dragonneau va se trouver mêlé à une conspiration importante et on va découvrir des secrets importants.

Ce film est vraiment impressionnant visuellement. Les décors et la reconstitution de New-York en jettent, tout comme les costumes. Les bestioles et leurs pouvoirs sont vraiment bluffants. On a une ambiance incroyable qui vire vers l’épique pour le final. Ouais, vraiment ça en jette. Les effets spéciaux sont très fortement présents, nécessaires pour rendre à l’écran les pouvoirs et créatures imaginés. C’est vraiment du grand spectacle, avec une bande-son qui envoie aussi du lourd.

Yates maîtrise bien cet univers magique à force, et ça se sent. Il est à l’aise pour nous présenter tous les éléments et mettre en valeur toutes les nouvelles pièces que Rowling a ajouté à son monde magique. En particulier cette série de créatures magiques franchement bien pensées, avec des inventions intéressantes et des trucs vraiment bien utilisés.

Ajoutons que devant la caméra on a des acteurs qui s’en sortent plutôt bien, même si certains manquent un chouilla de charisme, et on obtient un film vraiment plaisant à regarder.

Par contre, même si le film ne suit plus les aventures d’un jeune garçon, le type de récit reste le même. Assez simple, avec sa tonne de fusils de Tchekhov, avec ses explications pour tout, et ses retournements de situation que l’on sent venir à des kilomètres. Il est certes par moment un peu plus sombre que les premiers films de la saga, mais il se laisse quand même voir par un public assez large. Alors ce n’est pas mauvais, et je me réjouis de voir la suite, mais on aurait pu sortir un peu plus des clichés potteriens. Parce que la trame permanente des mauvais sorciers qui ne veulent que dominer les moldus, on connaît. Bref, le scénario reste un chouilla mou et sans grande surprise. C’est un peu dommage, mais en même temps on colle à ce qui a fait le succès de la saga Harry Potter. Le dépaysement de lieu et d’époque est très intéressant, et démontre l’étendue de l’univers imaginé par l’auteure, mais cela n’empêche pas l’intrigue elle-même de rester simple.

Laisser un commentaire