L’expérience Interdite (2017)

Dans la lignée des remakes au kilomètres de films marquants, on a du bon (Evil Dead) et du moins bon (Total Recall ou Robocop). Pour ma part, je suis un gros fan du Flatliners – L’Expérience interdite de 1990 par Joel Shumacher avec son casting de fou (Kiefer Sutherland, Julia Roberts, Kevin Bacon, William Baldwin ou encore Oliver Platt) ; j’ai dû user la bande VHS jusqu’à la moelle. Rho pitin que c’était bon. Bref, difficile de ne pas m’intéresser au remake de 2017, même si c’était avec une certaine appréhension… un peu justifiée.

On retrouve un groupe de jeunes, beaux et brillants étudiants en médecine se lançant dans l’étude de l’ultime frontière médicale, à savoir le « qu’est-ce qui se passe dans le cerveau après la mort ». Ils se lancent dans une dangereuse expérience de morts puis réanimations provoquées afin de monitorer tout cela. Alors que les choses semblent bien aller, ils découvrent qu’ils ramènent de l’au-delà des fragments de leur passé, toujours des choses mauvaise, des trucs qui ne vont pas, et qui vont s’en prendre à eux dans le monde réel.

Le remake est bien là. On reprend les idées fortes du film d’origine, on les modernise en fonction des nouvelles techniques médicales, on ajoute de la variété ethnique aux personnages, et hop c’est parti. Mais n’est pas Joel Shumacher qui veut, et ce nouvel opus s’avère bien plus lisse, moins charnel, moins dur, moins brutal que le film d’origine. Niels Arden Oplev (la très sympathique adaptation de Millenium) prend les manettes pour faire découvrir à la nouvelle génération la très bonne histoire qu’il y avait derrière Flatliners. Modernisé et dans ses techniques médicales, et dans ses techniques cinématographiques, le film se fait plus aseptisé, plus plat, plus fade, plus lumineux. malgré quelques scènes tendant au sombre et tentant le côté crado même, on perd de la sensibilité très granuleuse du premier film. On plaque sur une trame très lisse une histoire qui se doit d’être sale. C’est bien dommage.

Devant la caméra, on a quelques noms sympathiques, comme Ellen Page (Super, Inception, X-Men,…), Diego Luna (Elysium, Rogue One,…), Nina Dobrev (xXx Reactivated), James Norton ou encore Kiersey Clemons, des jeunes gens charmants, pour certains talentueux, mais dévolus à des personnages trop lisses (oui OK ils ont tous un secret pas cool caché dans leur passé, mais bon ils sont quand même lisses). On notera le clin d’œil avec un rôle de vieux sage attribué à Kiefer Sutherland qui menait la danse dans le film d’origine.

Au final, un film fade et sans saveur. C’est vraiment dommage. Et je ne peux que vous conseiller de voir et revoir le film original plutôt que ce remake plat et lisse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.