Archives de catégorie : jeux de société

Une ludothèque à Ecublens

Hier soir s’est tenue la première séance du comité de la ludothèque d’Ecublens, séance au cours de laquelle j’ai été élu président. Je me réjouis donc de mener un peu la barque avec ce sympathique comité afin de monter un lieu vraiment agréable. En effet, la ludothèque prévue ouvrira ses portes à l’automne dans le nouveau bâtiment socio-culturel de notre ville, aux côtés du centre de jeunes, de la garderie/UAPE, de l’APEMS, du réfectoire scolaire ou encore de la bibliothèque. Le but est d’en faire un vrai lieu de passion autour du jeu, pas juste un endroit où on vient en vitesse embarquer un jouet à deux balles. Une ludothèque avec tout l’intérêt que l’on peut donner au loisir ludique, incluant l’organisation d’événements divers etc.

Mais mettre tout cela en oeuvre, ça va être du boulot, genre :

  • recherche de dons pour avoir des sous pour acheter des jeux ;
  • recherche de dons de jeux de la part des éditeurs ;
  • recherche de bénévoles ;
  • trouver un nom et de là trouver quelqu’un pour faire un logo sympa ;
  • mettre en place un site web correct et simple à utiliser ;
  • trouver un logiciel qui nous convienne vraiment ;
  • et j’en passe…

Si jamais vous vous sentez l’envie de participer à l’aventure, contactez-moi, on trouvera toujours quelque chose à vous faire faire…

7 Wonders

Je vous en avais déjà parlé il y a quelques temps lors de mon premier test mais je voudrais revenir sur 7 Wonders, maintenant que je l’ai acquis et que je le touche un peu plus. Dans mon premier avis, je disais avoir lâché la famille pour tester un truc un peu plus lourd, et bien au final le jeu tourne très bien en famille : ma femme a été convaincue quand elle a vu quil s’agissait d’un jeu de développement et non de conquête, et mon fils de 8 ans habitué à jouer a lui aussi vite assimilé les règles. Preuve que l’on n’est pas dans le jeu très lourd, mais bien plutôt dans de l’accessible. pas du petit jeu de débutant qui se torche en 3 minutes, non. Mais dans le bon jeu ouvert à un public assez large. La mécanique de base s’avère en effet très simple à assimiler. C’est plutôt la richesse des combinaisons possibles qui fait vraiment le petit plus de ce jeu. Le nombre de cartes différentes et les possibilités offertes permettent de varier les parties avec une certaine aisance et d’envisager des tactiques changeantes. C’est à mon avis ce positionnement entre l’accessible et le plein de possibilités qui lui vaut ses très nombreuses récompenses et son succès (je lisais récemment sur le blog d’Antoine Bauza, l’auteur, que 7 Wonders s’était écoulé à genre trois fois autant de vente que tous ses autres jeux réunis). Malgré quelques défauts, ce jeu est un truc vraiment solide et qui tient très bien la route, une mécanique aux petits oignons qui semble pouvoir trouver un large public. Continuer la lecture de 7 Wonders

Editer un jeu et faire de l’humanitaire : du deux en un

Un petit billet de promo pour une initiative que je trouve fort sympathique et mêlant l’utile à l’agréable. IF Association a pour but de mêler création artistique et soutien à des projets orientés bienfaisance. On ne peut plus louable donc, comme volonté. Je prends ici l’exemple de leur projet en cours.

Il s’agit de ré-éditer le jeu Pitch’n Dunk (dont l’auto-édition est sold out) mais avec un prix de vente plus élevé. Et sur le prix de vente de 30 euros, 7 euros seront reversés à l’association 1 Maillot pour la vie. En gros, à l’achat, non seulement vous faites l’acquisition d’un objet ludique qui a l’air sympa (je dis bien « qui a l’air », je n’ai pas testé) et en plus vous soutenez une bonne cause.

Et comment ça se finance? L’association apporte une partie des fonds, le reste étant amené par les 40 première précommandes. Une fois ce nombre atteint, la fabrication peut commencer. Et donc on peut espérer obtenir le jeu pas trop longtemps après, mais seulement 200 exemplaires. Il sera possible d’acheter le jeu soit via son site Internet soit voir pour le récupérer auprès de l’assoc pour s’éviter des frais de port.

Voilà, j’espère que leur projet arrivera à terme et rencontrera le succès escompté. Et qu’ils auront de nouveaux projets à nous proposer par la suite.

 

Takenoko

Je viens de vous parler de Dojo, et hop me voilà de retour avec du Antoine Bauza en Orient. Et en plus, c’est toujours du jeu familial, bien qu’un peu plus ardu et plus long que le précédent. Il s’agit de Takenoko, un jeu qui me faisait de l’œil depuis les premiers visuels que j’en avais vu et depuis les premières explications lues ici et là sur le web. Dans le contexte de ce jeu, l’Empereur de Chine a offert à son homologue du Japon un panda géant. Et comme cet abruti de panda ne mange qu’un seul aliment (qu’il digère très mal soit dit en passant), on va devoir l’héberger dans une bambouseraie. Cette bambouseraie sera laissée aux petits soins d’un jardinier (désespéré de voir débarquer la grosse boule de poils) et constituée de parcelles de différentes couleurs. D’un côté on a donc l’Empereur qui veut une jolie bambouseraie avec certains assemblages de couleurs, de l’autre un jardinier qui veut faire pousser ses plantes au mieux, et de l’autre encore un panda qui s’en va goulument grignoter tout ce qui passera à portée de patte. Et autour de la table 2 à 4 joueurs qui vont tenter de gagner un maximum de points en remplissant divers objectifs.

Avant même l’ouverture de la boîte on est dans l’ambiance avec un habillage superbe, très joli, coloré mais sans que ça pique les yeux, et un panda super kawai. A l’ouverture de la boîte, tout va encore plus loin. Panda et jardinier sont représentés par deux petits figurines pré-peintes de très belle facture. Les parcelles hexagonales sont joliment illustrées. Les bambous à faire pousser et à manger sont représentés par de petits bouts de bois encastrables à la forme de bambou, très bien faits. On ajoute quelques jetons, de petits bâtons bleus pour simuler les irrigations, et quelques derniers éléments, et hop, on a un très beau jeu au matériel pratique et agréable. Une franche réussite à ce niveau. Oui mais un jeu ce n’est pas que du matériel (je vous renvoie à Piratologie, par exemple, qui a un très beau matos mais s’avère catastrophique ludiquement parlant). Alors de quoi qu’est-ce que l’on fait dans Takenoko? Continuer la lecture de Takenoko