Chasseurs de dragons

Mon fils grandit, je le mets à des films pour « plus grands »…

Et cette fois, c’est Chasseurs de dragons, film d’animation français, qui est glissé dans le lecteur. J’en avais entendu parler comme d’une série animée sympa narrant les aventures de chasseurs de dragons (d’où le titre, vachement original). J’avais jamais vu. Mais en tombant sur le DVD en action, j’ai craqué ; et fait craquer ma femme aussi. Déjà, bel emballage, coffret métallique qui en jette même si y’a pas de livret. Et le film est sympa. Déjà, je corrige un peu. « Film pour plus grands », comme dit en intro, c’est que c’est pas pour quand il avait 4 ans ; mais ça reste un film pour enfants aussi.

Dans ce film d’animation, on a donc notre groupe de chasseurs de dragons. Lian-Chu en première ligne, le gros bourrin de service, super balaise, surmusclé, combattant, parlant peu. Gwizdo le margoulin qui fixe les contrats avec les gens voulant se débarasser de dragons et qui ne pense qu’au pognon. Et leur animal de compagnie, Hector, une espèce de chien bipède bleu qui parle un peu et pisse du feu, constituant l’élément comique du groupe. Une équipe quand même de bras cassés qui ne réussit pas à se dégager financièrement. Jusqu’au jour où ils sont engagés par un riche noble qui veut les envoyer exterminer le plus grand, le plus ancien, le plus puissant des dragons avant qu’il ne se réveille et détruise le monde. Une quête donc, avec une histoire de prophétie comme la fantasy en a soupé depuis belle lurette. Un aspect buddy movie avec nos deux gugusses. On rajoute à cela un personnage féminin qui n’arrête pas de parler, et qui a un caractère bien trempé. Et hop, le tour est joué. De l’action, du suspens, de l’amitié, tous les ingréients de la recette sont là.

Je vais mettre un gros point positif sur l’aspect visuel. Parce que y’a pas à dire, mais l’univers qui nous est montré est superbe. Intéressant. Ben ouais, un monde composé d’îles plus ou moins grandes flottant les unes près des autres, on en a déjà vu en jeu de rôles. Mais pas trop en cinéma, et ça me plaît. Ca donne d’ailleurs lieu à quelques scènes très jolies, avec les chutes d’eau sur fond de coucher de soleil. Ou les décors très sombres du bout du monde. Franchement c’est un visuel agréable et prenant. Dépaysant et vraiment bien. Un grand bravo. Dommage par contre pour certaines vues de constructions (le château d’Arnold ou bien le bâtiment qui explose près de Gwizdo par exemple) qui ne font pas assez réalistes. Parce que c’est de la 3D ici, pas du dessin traditionnel. Mais de la 3D pas toujours maîtrisée malheureusement. Autant les décors naturels sont très bien réussis, autant les architectures font trop carrées, trop « réalité virtuelle » justement. Alors que dans la plupart des décors, on se sent plongés en plein dedans, on est pris au jeu, ces bâtiments font trop « ordinateur ». Mais dans l’ensemble, c’est très bon quand même. Et la progression vers les recoins sombres du monde est très bien rendue.

A côté de cela, la musique est très bonne. Prenante, elle retranscrit bien les ambiances. Elle en impose. Et quand les scènes deviennent sombres, dures, la musique en rajoute une bonne couche. Bref, une partition qui porte le film de très belle manière.

Au final, on a un mélange d’original (le visuel du monde, certains monstres,…) et de déjà vu 100 fois (une prophétie, un grand méchant qui se réveille, le duo bourri-margoulin,…). Mais le mix passe bien. Et puis, c’est du film français, aps une grosse production US, et rien que pour ça, ben faut prendre ce film. D’autant qu’il est très sympa. Mon gamin est maintenant fan d’histoires de dragons et autres. Je vais pouvoir enchaîner avec la lecture de Bilbo…

Laisser un commentaire