Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

Fin du premier tome de la trilogie Millénium, que du bonheur…

La trilogie Millénium, c’est cette série de bouquins qui marche super bien écrits par Stieg Larsson. La dernière fois que j’ai lu un bouquin super à la mode, ça a été une grosse déception (Da Vinci Code). Et cette fois j’ai vraiment pas été déçu. Alléché par de nombreux commentaires, dont ceux de ma femme et des corbeaux (plus la critique que je viens de voir grâce aux commentaires de blog), je me suis rué là-dessus.

Première chose à noter, on est en Suède. Et on trouve donc dans ce bouquin pas mal de trucs bizarres pas habituels, y compris des noms à coucher un peu dehors, mais ça fait du bien, et ce dépaysement participe fortement à l’implication dans l’intrigue. L’intrigue donc, parlons-en, sans tout spoiler aux futurs lecteurs. Tout commence tranquillement. Mikael Blomkvist est un journaliste d’investigation bossant à Millénium, un magazine d’investigation un peu fouille-merde et sympa. Suite à un article un peu poussé, Mikael est condamné pour diffamation et fait donc une pause. Un vieil homme d’affaire un peu excentrique fait appel à lui pour enquêter sur un crime vieux de quarante ans. Pas évident, surtout quand on sait que la police a étudié toutes les pistes. Mikael va donc aller vivre sur une île éloignée où il aura toute liberté pour enquêter.

En parralèle de lui, on suit les pérégrnations de Lisbeth Salander, une jeune geek un peu bizarre, une sorte d’Aby (de NCIS) version pas féminine et garçon manqué. Mais surdouée dans son domaine et complètement inadaptée à la plupart des relations sociales normales. Personnage très intéressant, avec une profondeur incroyable et dont l’activité va peser son pesant de cachuètes lors de la résolution de l’intrigue.

L’histoire commence donc en douceur, puisque toutes les pistes semblent avoir été déjà suivies. Et puis la mayonnaise monte et ça prend. Les choses s’accéèrent soudainement, donnant de plus en plus de pression. Et l’écriture qui allait lentement jusque là s’accélère aussi. La rédaction suit a vitesse de l’action. Les chapitres s’enchaînent plus rapidement, on est captés dans l’étau de l’auteur et il devient impossible de lâcher le bouquin.

Je ne vais pas spoiler l’intrigue et sa résolution, mais je dois dire que la boucle finale qui termine tout ce qui a été entamé est particulièrement bien amenée,… et bien vicieuse. Salement tordue. mais ça, ça se tient pour l’ensemble du bouquin. C’est tordu, sombre, glauque. On passe par des scène très dures, on va vraiment dans des tréfonds de l’âme humaine, c’est pas évident. Mais l’ambiance est énorme. C’est de la pure bombe ce bouquin. Et hop j’enchaîne donc de suite avec le tome 2 qui va s’intéresser de plus près (à ce que j’ai compris) à notre petite Lisbeth.

Dernier mot sur l’engagement de l’auteur. On sent qu’il est journaliste, qu’il sait comment tout marche, et la crédibilité est bien rendue. Et puis il est engagé aussi. Ce bouquin est une bonne petite pique contre les abus de notre société ultra-libérale. On démontre certains excès, et c’est pas un mal…

Encore un petit mot, y’a un film qui arrive au cinéma, l’adaptation de ce 1er tome. Je me réjouis d’aller le voir. le nombre de noms bien à coucher dehors au générique et le look de Lizbeth me permettent de penser à une bonne adaptation du crû. Miam…

Une réflexion au sujet de « Les hommes qui n’aimaient pas les femmes »

  1. Pour le film je suis assez positive aussi. Et puis c’est suedois (si c’était ricain j’aurais eu de gros doutes…) Bon, je voyais Lisbeth plus punk maiiis bon.
    Bref, bonne critique, et je vois que tu lis déja le tome 2 donc j’ai hate d’en voir la critique ;p

Laisser un commentaire