Archives par mot-clé : piratage

Rule 34

Dans la série des auteurs de SF bien geeks, j’ai pas mal entendu parler de Charles Stross sans jamais m’y plonger, jusqu’à récemment. J’ai pris un de ses bouquins qui avait l’air pas mal du tout, Rule 34. Dans ce roman, on suit les aventures de divers personnages dans un futur pas très éloigné et assez crédible, plus proche de l’anticipation que de la SF complètement délirante, qui vont se retrouver mêlés à une affaire particulièrement tordue. On a une inspectrice d’Edinbourgh confinée à diriger la brigade s’occupant d’internet et de ses déviances (d’où le titre du roman) qui se retrouve avec un spammer mort dans des circonstances particulièrement dérangeantes. En parallèle on va suivre un petit criminel se retrouvant engagé à un poste de consulat, ainsi que l’un des employés d’une structure criminelle mondiale de haut calibre.  Le tout dans un monde où les imprimantes 3D et la surveillance de masse par drones sont devenues des normes. La technologie est un peu plus avancée que la nôtre, mais compréhensible et crédible.

Continuer la lecture de Rule 34

Mr Robot – saison 01

mr robotEt bien ça faisait longtemps que j’avais pas binge-watché une série comme ça. Dévorée, cette première saison de Mr Robot. Il faut dire que la série est super bien foutue, qu’elle a un dosage de suspens et de révélations assez extraordinaire pour garder le spectateur. Difficile de parler de l’intrigue sans trop en révéler, mais en quelques mots… Elliot est ingénieur en sécurité informatique dans une boîte qui assure justement la sécurité informatique d’autres entreprises, un prestataire externe quoi. Dans ce monde un tout petit peu décalé du monde mais quasiment pas, il y a la gigantesque E-Corp (très vite appelée Evil Corp) qui a la main mise sur tous les domaines de l’industrie. Et la société où bosse Elliot travaille entre autres pour E-Corp. Bien entendu, notre héros est super doué, très geek, pas doué pour les relations humaines et sociales, et même un peu junkie ; mais sans être un cliché non plus. Lorsqu’il est contacté par un groupe de hackers pour se glisser dans le réseau d’E-Corp et en profiter pour créer la plus grande révolution de l’histoire, Elliot se retrouve engagé sur un chemin dangereux. Et on va s’arrêter là. Mais ce qui peut sembler un scénario classique, voire facile, va vite se révéler nettement plus touffu et complexe qu’il n’en avait l’air. Des révélations, des zones d’ombre, des délires de scénaristes, tout y est pour créer une histoire ultra prenante (ce qui explique le binge watching de la série que je n’ai pas pu lâcher avant la fin, surtout avec un final comme celui de l’épisode 7). Pour une série basée sur la paranoïa, le conspirationnisme, le suspens et les fausses pistes, je pense qu’il est bon de ne pas en dire plus au cas où vous ne l’auriez pas vue (et si c’est le cas, jetez-vous dessus).
Continuer la lecture de Mr Robot – saison 01

Person of Interest – Saison 04

87126684On arrive gentiment sur la période des fins de saison pour pas mal de séries, avec par exemple cette saison 4 de Person of Interest. Je vais pas vous refaire l’article sur les saisons précédentes (liens en fin de billet). La série confirme s’il en était besoin son ancrage dans notre société de plus en plus obnubilée par le contrôle et la surveillance. Elle pose de très nombreuses questions, au centre desquelles la fameuse « on peut le faire mais doit-on le faire? » typique des sujets d’intelligence artificielle. Et ensuite du poids donné à celle-ci ; ou plutôt à celles-ci puisque l’on a maintenant clairement 2 intelligences artificielles en lutte, dont une qui ne veut rien de moins que dominer le monde (sous le prétexte habituel de le sauver). On a droit à des moments réellement épiques à ce sujet où on se demande comment nos héros pourront s’en tirer ; heureusement que ce sont de vrais héros tous extrêmement doués dans leurs domaines. Parce que là ils sont face à des adversaires de très gros calibre. Il faudra faire des sacrifices et prendre des décisions difficiles.

Avec des acteurs qui tiennent toujours aussi bien la route et une réalisation toujours de qualité, Person of Interest se rajoute une couche d’écriture devenue complexe. Là où ses débuts se montraient simples et essentiellement composés de loners, les épisodes sont maintenant indissociables ; certains arcs scénaristiques demandent même de bien s’accrocher puisqu’il y a davantage de factions et de personnages récurrents. La série passe donc encore une fois à la vitesse supérieure et prend du galon. C’est bien. Reste à voir comment les scénaristes pourront nous dénouer tout cela (reconduite pour une demi-saison 5, cela sent quand même un peu le sapin).

 

Précédemment :

Saison 1

Saison 2

Saison 3

Homeland

12917338Ceci est un billet estampillé « bouquins » et pas « séries » ; je ne vais donc pas vous parler de la série, mais bien d’un roman du même nom. Homeland est un bouquin de Cory Doctorow, et constitue la suite du très sympathique Little Brother. Je ne vais pas vous reparler de l’auteur ni du mode de distribution de ses livres ni des références à des librairies dans chaque chapitre, ça c’est la même chose que dans le billet sur Little Brother.

Homeland nous remet face à Marcus, quelques années après les événements du précédent bouquin. Il a un peu grandi, est moins ado et plus jeune adulte. Et on le retrouve au Burning Man ; d’ailleurs le livre commence comme une véritable fête aux geeks, mêlant des pans de culture fascinants avec dès les premières pages le Burning Man donc (un jour j’y irai), mais aussi l’EFF, Will Wheaton et D&D. Au milieu de toute cette folle agitation, de ce pur événement de contre-culture, Marcus va à nouveau se retrouver plongé dans un truc bien plus gros que lui, une terrible machination. A partir de là, il va tenter de tailler sa route au milieu des forces plus ou moins officielles qui sont à ses basques, et il va utiliser tous ses talents de hacker (au sens noble du terme) pour s’en sortir.

Continuer la lecture de Homeland