Saw

OK, voilà, je me suis lancé dans la saga Saw…

Avec la sortie de Saw VI (muahaha, que celui qui n’en a pas au moins sourit un peu me jette la première pierre), on en reparle, et je me suis dit que je voulais quand même jeter un oeil à ce que c’était. Je m’attendais à un truc vraiment bête et primitivement gore, choquant pour être choquant, voilà l’idée que j’en avais. Mais je me disais aussi que tenir avec ça sur 6 (et même plus semble-t-il) films, c’était un peu too much.

J’ai été largement surpris en bien en fait…

Saw, premier du nom, c’est donc l’histoire de deux types qui ne se connaissent pas et qui se réveillent dans une grande pièce, salle de bain vieille et dégueulasse, chacun attaché par une chaîne à un bout de la pièce.Au milieu, un cadavre. Ils apprennent vite que l’un d’entre eux doit tuer l’autre pour s’en sortir (avec sa famille), sinon ils y crèveront les deux. Paf. Là-dessus vient se rajouter l’histoire que raconte l’un des gars, au sujet d’un fou furieux hantant les rues de la ville : il met au défi ses victimes ‘accomplir certaines choses, des jeux comme il les appelle, ou d’en mourir. Et là on part dans le sérieusement inventif (celui de l’affiche par exemple). Franchement les scenaristes de ce film doivent être salement torturés à l’intérieur, des grands malades pas loin d’être à enfermer. Ils ont mis sur pied des supplices parfaitement vaches et vicieux à souhait, faisant montre d’une imagination galopante pour la vacherie pure. Et on se surprend à être ébahis par la cruauté et la précision que ce monstre met dans chacun de ses forfaits, c’est juste énorme. Et tellement affreux, avec un jeu sur la psychologie et les passions des victimes qui est proprement terrifiant ; en particulier le sens de la famille de l’un de nos deux héros… A faire froid dans le dos. L’intrigue se développe donc là autour. On passe par huis clos de plus en plus tendu au fur et à mesure que les deux types se dévoilent et que leur passé ressurgit avec leur personnalité, et que le temps passe ; et on alterne avec « l’extérieur », entre le passé des deux personnages, et l’enquête de deux flics sur ce fou furieux. La tension monte d’une bien belle manière et on se fait embarquer dans ce jeu de malade profond jusqu’à un paroxysme et un final gore qui relâche toute la pression accumulée pendant le film.

Franchement énorme surprise en bien, ce film allant nettement plus loin que ce que mon avis premier ne me laissait attendre. Gros zoom psychologique, belle évolution des personnages, révélations et retournements de situations (même si parfois un peu téléphonés, ils restent bons). Dommage peut-être que l’on découvre le visage du tueur si tôt (mais j’aime beaucoup cet acteur et il a vraiment une gueule sympa). Et puis le twist final, immensément tordu, nous évitant le happy end à deux balles et appelant à voir la suite.

Alors oui, c’est dur, trash, gore, violent, malsain, pas conseillé à tout le monde… du tout. Mais c’est franchement sympa, et je vais de ce pas me dégotter la suite de la saga…

6 réflexions au sujet de « Saw »

  1. Alors là je dis STOOOOOOOOOOOP!!!
    Ne fais pas l’erreur de regarder les suites!!!
    Le premier est juste magnifique, mais les autres, aïe aïe… c’est des suites quoi…

  2. Ping : Martyrs |

Laisser un commentaire