Tout est sous contrôle

Et voilà, terminé, avec un petit goût de pas assez dans la bouche…

Comme pour pas mal de monde, mon regard a été attiré vers ce bouquin par le nom de l’auteur : Hugh Laurie, le génial acteur connu essentiellement pour son personnage du Dr Gregory House. Le roman étant annoncé comme écrit sur le même ton que ledit personnage, c’était très tentant. D’autant que le bouquin date de 1996, soit pas mal d’années avant le succès de cette série. Tout est sous contrôle (titre étrange dont je ne vois pas trop le rapport avec l’intrigue, contrairement à la VO The Gun Seller) nous montre comment un ancien espion super soldat et tout engagé comme tueur se retrouve plongé dans une sale machination où de gros méchants vendeurs d’armes sont prêts à tout pour faire tourner leur business. Je ne vais pas trop vous spoiler le contenu, mais sachez qu’intrigues tordues et sales coups s’enchaînent entre deux scènes de bagarres ou de « femmes fatales » (TM). Bref, de l’espionnage, du thriller, avec un peu tous les éléments du genre.

Je vais être honnête, le charme de ce bouquin tient dans l’écriture, dans le style. Je regrette un peu de pas l’avoir pris en VO, ne pouvant du coup apprécier la causticité d’origine du truc. Mais bon, on s’en sort bien à ce niveau-là. Le héros nous raconte les faits à la première personne, comme il les perçoit. Et avec ses nombreux commentaires et sa manière de voir les choses. En gros, il est acide, mesquin, méchant, brusque, et tout plein d’un humour noir et vicieux qui nous rapproche en effet un peu d’un Dr House. Les remarques acerbes se multiplient et la vision du monde de ce personnage est assez désabusée. C’est franchement agréable. le héros devient vite consistant, avec sa personnalité et ses pensées solides.

Mais bon ça s’arrête un peu là, parce que les autres personnages sont très très loin d’être au niveau. Archétypiques, clichés, peu charismatiques, ils ne tiennent pas la balance face au personnage principal. Et faut dire qu’il y en a pas mal. Ils sont même suffisamment fades pour que l’on ait parfois de la peine à se rappeler qui est exactement quoi quand on se retrouve à ressortir des noms pas mal de pages plus tard.

Et tout cela pour brasser une intrigue qui a certes de bonnes bases (le plan des méchants pour arriver à leurs fins est assez sympa sur le papier), mais les utilise mal. très vite on s’enlise dans des retournements de situation, des mensonges, tromperies tellement tordus qu’on ne sait plus qui ment à qui, qui fait un coup de pute à qui, qui fait confiance à qui. Ca part dans une caricature de complot beaucoup trop tordue. Ou tout du moins pas assez encadrée pour être bien compréhensible. Le tout pour un final très loin d’un vrai climax qui déchire et auquel on aurait pu s’attendre, qui plus est vite bâclé.

Bref, une déception. Certes, le plaisir de lire à travers les yeux de ce héros est là, mais ne comble pas les autres lacunes de l’ouvrage. Dommage…

Laisser un commentaire