Kiss Kiss Bang Bang

J’ai évoqué ce film l’autre jour dans le billet Iron Man 3, et du coup j’ai craqué. Ca faisait longtemps qu’il traînait dans ma liste des « à voir » parce que j’en avais entendu pas mal de bien. Et je n’ai pas été déçu. Kiss Kiss Bang Bang est un film de 2005 écrit et réalisé par Shane Black, un polar plein d’humour noir. On y retrouve Harry, un petit voleur pas des plus futés. Après un casse qui tourne mal, il s’enfuit et se retrouve dans un casting où il fera son petit effet. Suffisamment pour qu’on l’envoie à Los Angeles où il va se retrouver dans une grosse fête pleine de gens d’Hollywood. Le voilà sur les rangs pour un rôle de détective ; et pour mieux le préparer, on le fait faire équipe avec un vrai détective du coin, Perry. Ces deux gars vont rapidement se retrouvés mêlés contre leur gré à une histoire rocambolesque mêlant meurtres, suicide, trahison et mensonges. Un truc glauque au cœur duquel ils vont devoir survivre pour démêler les fils très bordéliques d’une intrigue tordue.

Le film est entièrement raconté du point de vue de Harry, le petit truand qui n’est pas du coin, complètement déphasé et qui ne comprend pas tout à ce qui lui arrive. le petit gars simple et pas très malin qui subit beaucoup. Et qui tente de comprendre en se faisant des films dans sa tête. Cette narration est géniale. On plonge dans l’intrigue en même temps que le personnage principal, en soulevant les zones d’ombre à son rythme, en suivant son imagination et les pistes qu’il pense tenir. On voit les éléments arriver autour de lui, les ennuis qui lui pleuvent sur le coin de la tête, et on a vraiment envie de le suivre jusqu’au bout pour comprendre le fin mot de l’histoire. Ce choix de narration est parfaitement repris dans la forme du film. On commence dans la fête où il va nous raconter comment il est arrivé là. Oui Harry nous parle, comme s’il nous racontait ce qui lui est arrivé. Il brise complètement la distance traditionnelle entre le film et les spectateurs, il nous attire avec lui dans son monde. Et on doit suivre ses souvenirs, ses feedbacks, on doit suivre son cheminement de pensée. Et quand il se trompe, le film revient en arrière et la pellicule saute. Le traitement est ici en adéquation complète avec le fond. D’ailleurs le spectateur est très vite perdu dans l’intrigue, y plongeant avec Harry sans autre explication. Le début est flou, tordu, bizarre, et les choses ne vont s’éclairer qu’au fur et à mesure. Les situations vont s’enchaîner avec des scènes épiques et des dialogues extrêmement bien foutus (vu en VO et c’est du pur bonheur, certes un peu vulgaire).

Pour porter cette histoire qui repose énormément sur ses personnages, on a deux acteurs en très très grande forme et qui donnent le meilleur d’eux-mêmes. Robert Downey Jr est parfait dans le rôle de Harry, avec son envie d’en découdre et son air ahuri quand il est confronté à ces trucs trop gros pour lui ; ce n’est pas un gagnant. ce n’est pas un vrai héros, c’est juste un type qui n’a pas de bol. A ses côtés, Val Kilmer devient un détective privé absolument génial. De leurs côtés, Michelle Monaghan et Corbin Bensen font aussi très fort.

Un polar, un thriller, un film noir, qui est une réussite. Un hommage aux grands films du genre dont il réussit à reprendre les codes en les modernisant et en les remixant à sa sauce. Des bons acteurs, une bonne mise en scène, une bonne ambiance, j’y ai eu mes moments de suspens, de rire, de bonne baston, bref tous les éléments que j’attends de ce type de film.

Une réflexion sur « Kiss Kiss Bang Bang »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.