Les Indestructibles 2

Il y a 14 ans sortait l’un des nombreux bijoux de l’écurie Pixar, mêlant avec délice film d’espionnage et super-héros, le tout au sein d’une famille aux problèmes finalement très normaux dans la vie de tous les jours. Et voilà que déboule la suite de ce film génial, se déroulant pile poil juste après la fin du précédent malgré le temps passé dans la vraie vie entre les deux réalisations. Et ce que l’on peut dire, c’est que la magie opère toujours.

En tentant de stopper un super-vilain, nos Indestructibles font pas mal de dégâts, confirmant la mauvaise réputation des super-héros ainsi que leur illégalité. Ils doivent raccrocher leurs capes et collants. Mais un homme sort de l’ombre pour changer cela, et il fait appel à Elastigirl pour donne rune image positive des super-héros tandis qu’elle se retrouve confrontée à un nouvel ennemi très puissant, l’Hypnotiseur. Au programme, toujours ce mélange entre film d’espionnage (références à James Bond et autres Mission Impossible, Jason Bourne etc.) et film de super-héros (avec tous les clichés du genre là aussi) qui réussite très bien. Un grand méchant et son plan machiavélique, du retournement de situation, de la manipulation, de l’action avec bastons, poursuites et déferlement de pouvoirs divers. Et au milieu de tout cela, les problèmes classiques d’une famille ordinaires, devoirs, premiers amours, bébé, etc.

Comme pour le premier film, on retrouve au poste de scénariste-réalisateur Brad Bird (aussi derrière Le Géant de Fer, Ratatouille ou encore Mission Impossible : Protocole Fantôme), un type qui a une imagination incroyable et qui arrive poser de très belles idées. Il nous livre un mélange d’action, de suspens (ma fille était même bien tendue par moments), avec ce qu’il faut d’émotion et un excellent dosage d’humour. La recette fonctionne parfaitement. De plus, la qualité technique est vraiment au rendez-vous ; le style volontairement cartoonesque et pas réaliste donne un rendu de qualité et qui colle au fond. Les scènes d’action, malgré un déchaînement de pouvoirs, d’actions improbables, de trucs rapides, restent très lisibles. Le scénario a des rebondissements qui restent malheureusement un peu légers (même ma fille a vu venir très tôt qui était le grand méchant se cachant derrière tout ça). Mais bon, ça reste un détail au vu de la qualité de l’ensemble. On a un méchant bien pensé avec de vraies motivations, on a des nouveaux personnages réussis (le développement de Jack Jack est génial, le pouvoir de Reflux, celui de Vortex aussi, le duo Deavor,…), tandis que les anciens sont très bien utilisés (Bob en père de famille dépassé, Hélène en femme forte émancipée, Flèche grande gueule, Violette ado en pleine crise, Edna qui laisse aller sa créativité,…)

Oui c’est un très bon film d’animation, un très bon Pixar, une bien belle réussite qui prouve que l’on peut faire du blockbuster grand public intelligent et bien foutu. Bien joué, encore une fois, Pixar!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.