Le club des punks contre l’apocalypse zombie

Pour celles et ceux chez qui le nom « Ludwig von 88 » évoque quelque chose, sachez que c’est l’ancien chanteur/parolier du groupe qui est à la plume sur ce bouquin. Et comme son autre roman que j’avais bien aimé, celui-ci est vraiment une lecture bien sympathique. Et toujours si vous connaissez le groupe, vous imaginez bien que le type s’y connait quand il parle de punks.

Le bouquin nous entraîne sur les traces d’un collectif anarcho-révolutionnaire-punk logé dans un squat à Paris. Un lendemain de défonce comme il y en a tant d’autres, Deuspi, Fonsdé, Eva, Kropotkine et Mange-Poubelles se voient confrontés à une dure et nouvelle réalité : les zombies sont là et ont ravagé l’essentiel de la population. L’occasion où jamais de faire la révolution, d’amener l’anarchie sur le devant de la scène et de mettre à bas les considérations capitalistes d’un monde abattu. Mais bon, une fois que l’on a surfé sur ses idéaux, il faut bien se rendre compte que finalement les autres survivants peuvent être aussi dangereux que les zombies, et en plus il va bien falloir organiser les choses pour assurer la survie de l’Humanité.

Tout comme dans Fées, weed et guillotine, l’auteur nous propose une écriture claire, limpide, accessible, qui nous plonge dedans. Facile à lire sans être simpliste. Il démontre sa culture et sa capacité à bien écrire tout en gardant ses références idéologiques et musicales. On est en plein dans la culture de nos petits keupons, qu’ils soient destroy ou anarcho-vegan, révoltés sur tel ou tel sujet ; de la variété du punk quoi. La manière d’écrire rend très bien l’ambiance. Et si l’humour est extrêmement présent (franchement je me suis bien marré), l’intrigue n’est pas pour autant laissée de côté. Et si la première partie peut sembler un peu légère au niveau du scénario (mais super divertissante), le livre décolle dans une deuxième partie qui a droit à ses petits passages bien fumettes. Je n’ai pas été tant que ça convaincu par la fin et l’explication du truc mais c’était assez drôle au vu des convictions de nos keupons.

Des personnages incroyables, un livre qui suit les pas de squatteur punks anarchistes révoltés loosers pas dans le système, des délires incroyables, de bien bonnes idées sortant du truc de zombies de base (genre la musique). Au final on obtient un très bon bouquin que j’ai dévoré avec une joie et un plaisir non dissimulés. Je vous le conseille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.