Là-haut

Le Pixar nouveau est arrivé. Très bon cru…Alors pour commencer je voulais pousser une gueulante contre le fait que le film ne soit pas dispo en 3D près de chez moi, parce que Disney demande des tarifs trop lourds ; pour un truc qui a été présenté comme le 1er vrai film pensé pour la 3D, ça le fait pas, et y’a vraiment des plans qui doivent en jeter plein le gueule en 3D. Bon, ça c’est fait, on peut passer à la suite.

Là-Haut (Up en vo), c’est donc l’histoire de Carl Fredricksen, vieil homme habité depuis tout môme par l’envie de partir à l’aventure mais qui est toujours resté avec sa femme dans leur petite maison. A la mort de celle-ci, il part suivre le rêve de cette femme au bout du monde. Et ceci en faisant décoller sa maison avec une flopée de ballons. Et l’aide involontaire de Russel, jeune scout en formation pot-de-colle et qui ne la ferme jamais. Deux personnages qui, décrits comme ça, semblent proprement insupportables, mais que Pixar rend, comme toujours, attachants et touchants. Il faut dire que ça a toujours été la force des gars de cette boîte, les personnages, forts et profonds, réellement bien pensés et tout.

Sans entrer dans les détails ni spoiler plus que ce que la bande-annonce propose, le menu est alléchant. Un chien qui parle, un oiseau géant multicolore, de l’aventure, du suspens, de l’émotion, un méchant. Tous les éléments sont là pour nos conter une belle histoire. plus qu’une histoire, un conte. Chez Pixar ils font aussi souvent des histoires qui tiennent la route, avec un fond de moral pas gnangnan et de bons sentiments mais qui ne suintent pas le mou. Ici on parle d’amitié, d’amour, de relations parents-enfants, mais aussi de rêves, de passions, de promesses. Le tout est agrémenté de scènes superbes, que ce soit les émouvantes ou celles d’action. Une grande réussite donc sur tous les points.

Je vais faire court sur l’aspect technique parce que finalement on peut juste dire que c’est superbe et de très haut vol. Evidemment.

Donc pour finir… que dire de plus? Ah oui, allez le voir…!

Dernier détail… Le court-métrage précédant le film est à nouveau une tuerie de poésie et de bonheur…

Une réflexion sur « Là-haut »

Laisser un commentaire