iPhone et changements d’habitudes – S01E03

Suite de mes pérégrinations applesques et de mes découvertes de l’utilisation du smartphone. Je vous renvoie si jamais aux deux premiers épisodes de la série ici et . Je vais faire un petit tour d’horizon de ces différentes utilisations et applications mais aussi en déduire quelques considérations quand aux changements d’habitudes et d’attitudes amenés par la bestiole. Parce que oui, ça a changé mon quotidien. Et je ne suis pas le seul à qui cela arrive, certains allant même jusqu’à lister les cinq détails qui tuent, que je me sens moi aussi addict quand je lis ça. Dans le genre « déclencheur pour ce billet », je vous signale aussi une petite réflexion sur « Comment l’effet clic bouleverse l’info ».

Rien de spécifique à l’iPhone en fait, c’est plus généralement le smartphone qui est en cause ici. Je pense qu’un Androïd, Windows Phone ou Blackberry aurait fait de même. Donc probablement que la réflexion peut s’étendre. Alors allons-y sur quelques points que je me plais à relever. Et je serais curieux de connaître vos propres réactions à la possession d’une de ces bestioles…

 

Musique, maestro

Comme je m’étais plu à le dire, mon iPhone me sert beaucoup de lecteur mp3. J’y place dessus une bonne partie de ma CDthèque, à savoir quelques 16-17 gigas à l’heure actuelle. Au bureau, je le mets quasi en permanence, parce que c’est trop dur de bosser sans musique ; à volume restreint pour ne pas déranger les collègues (heureusement que l’on n’est pas en open space).

Mais c’est surtout à la maison que les choses ont changé. Avant je mettais mes CDs dans ma chaîne hifi, mais du coup je passais mon temps à changer de disque pour varier les plaisirs. Puis est venue la borne Airport, connectée à ladite chaîne, qui me permettait d’écouter tous mes titres mis sur iTunes, avec les playlists et l’aléatoire et tout. Pas mal, mais il fallait toujours se déplacer au bureau pour pouvoir changer de titre. L’iPhone a d’abord débarqué avec Remote, l’application sympatoche permettant de piloter iTunes à distance, ça devenait confortable, bien qu’il faille à chaque fois se reconnecter si l’on attend plus de quelques secondes. Et avec l’évolution d’iOS est venue la fonctionnalité Airplay. Le pas était franchi, on pouvait balancer la zique directement depuis l’iPhone sur Airport. Que du bonheur! Plus besoin d’avoir un ordinateur allumé pour profiter de tous ces titres enregistrés et rendus disponibles facilement. Vive le réseau! Depuis, la borne Airport s’est branchée sur le home cinema qui remplace la chaîne hifi, mais le résultat est le même. Un accès facilité et pratique à mes morceaux que je peux balancer comme je veux. Et je peux même me déplacer avec le téléphone, et ainsi changer de musique où je veux quand je veux. Et agrandir mon système aussi en mettant du Airport ailleurs qu’au salon si jamais…

Franchement, ça change la vie, tout est plus simple. Alors certes, c’est du mp3, il n’y a pas tout-à-fait la même qualité qu’un CD, mais je rippe mes CDs au meilleur format possible, et je n’ai pas vraiment une oreille absolue qui pinaille. D’autant que je fais souvent autre chose en même temps que j’écoute ma musique, donc pas de problème.

Et là, je fais quoi de tous mes CDs? Ben justement, c’est le problème (déjà abordé par la bande dans un billet récent, mais à approfondir) de la dématérialisation des contenus. J’y reviendrai.

Productivité

J’avais évoqué précédemment plusieurs applications sympathiques pour bosser et faire des trucs utiles avec l’iPhone. Je viens donner un peu plus de détails après ces mois de pratique. Evernote est un must. Logiciel de prise de notes multiplateformes mais aussi et surtout synchronisé, il permet pas mal de choses. Sous Windows et MacOS, on peut faire de la prise de notes avec mise en page et tout, mais aussi capturer des pages web ou des mails, etc. Sur l’iPhone, les notes peuvent être aussi facilement faites avec l’appareil photo ou en vocal. De plus, la gestion des notes dans divers carnets, avec un système de mots-clés, une recherche et tout, c’est vraiment efficace. Avec l’application installée chez moi et au boulot, je peux accéder à mes notes de séances et à certaines références où que je sois, faire des liens, retrouver des infos, c’est vraiment bien foutu. Et en plus c’est accessible par navigateur web si je suis sur un ordi autre.

L’agenda évidemment, super utile, surtout avec consultation de celui de ma femme. Et synchronisé avec Google Agenda, pour une édition plus confortable encore sur un vrai clavier. Mais pour l’organisation, j’ai ajouté l’application TellMeLater qui me fait des reminders dès que je dois faire qqch. Parce que sinon faut faire un nouveau rendez-vous dans l’agenda et mettre une alarme et c’est tout sauf pratique. Là, avec cette application, mon téléphone me rappelle bruyamment à l’ordre quand je dois faire quelque chose. Et ça n’a pas de prix.

Il y a aussi Dropbox, l’application que l’on retrouve aussi sur Windows, Mmac et tout. Espace de stockage en ligne, assez grand pour être confortable. L’accès se fait facilement. Dropbox est aussi accessible par simple navigateur web, si vous n’avez pas accès  l’application installée. Et franchement c’est du bonheur de pouvoir ainsi accéder à des documents. Mais aussi d’en rendre publics, etc. Je combine cela avec Stanza pour la lecture de pdf ; ou avec QuickOffice Connect pour le travail sur des documents. Alors oui j’étais super convaincu à la base par cette possibilité de faire du traitement de texte directement sur mon iPhone, et j’envisageais plein de possibilités dans les transports publics etc. Mais j’ai été un peu refroidi par le clavier et l’écran qui restent petits pour ce genre de travail. Par contre, pour des traitements ponctuels et courts sur des documents, c’est extrêmement efficace. Connect accède d’ailleurs sans problème aux documents en local, sur Dropbox mais aussi aux Google Docs.

J’ai enfin trouvé une application qui me convient pour gérer ma DVD thèque, à savoir Movies. J’ai pu y importer toute ma collec de Filmotech. Et de là, hop facile. J’ajoute un DVD avec le code-barre (ou une recherche web efficace pour les rares cas où ça ne fonctionne pas). je peux gérer les prêts aux amis. Je peux vérifier en magasin si j’en suis resté à la saison 5 ou 6 de telle série. Avec BooksApp, je peux faire de même avec les bouquins. Je n’ai pas encore eu le courage d’entamer le référencement de tous mes livres, mais je l’utilise pour gérer les prêts déjà.

Connectivité et instantanéité

Avoir un smartphone, avec la 3G et tout, c’est être connecté en permanence. Alors on peut discuter des aspects négatifs de la chose, de cette évolution et de ce qu’elle représente, mais moi je trouve ça plutôt sympa. Alors y’a l’aspect gadget, je peux en tout temps aller sur Facebook, je suis tenu au courant des réactions de mes « amis », je peux réagir rapidement, etc. Les réseaux sociaux gagnent un gros plus avec les smartphones et prennent tout leur sens. Avant il fallait rentrer à la maison le soir et prendre le temps de lire en diagonale les message et actualités ; ici on est en temps réel. Ca vaut ce que ça vaut pour l’aspect gadget de Facebook certes. Y’a aussi Twitter bien entendu mais je ne suis pas fondamentalement convaincu par ce service.

Mais dans d’autres domaines cette immédiateté est vraiment un plus. Sur l’actu en particulier. J’utilise NewsRack, lecteur de flux RSS synchronisé à mon Google Reader. Du coup, je parcours et lis mes flux sur l’ordinateur ou l’iPhone sans autre et ils sont toujours mis à jour en fonction de mes passages. C’est vraiment agréable. Blogs, sites de journaux, sites de news plus ou moins spécialisés, etc. Je peux ainsi faire venir à moi l’information, en tout temps, en tout lieu. Rapidité, réactivité. C’est franchement un gros plus. L’actu va vite, ça bouge, je peux ainsi bien me tenir au courant.

Et puis il y a ce réflexe web. Je cherche une adresse? Hop, je dégaine l’annuaire, je clic ensuite sur le lien Google Map, je peux même faire l’itinéraire. Je peux chercher autour de moi les cafés, restaurants, hôtels, avoir des infos sur les monuments touristiques, etc. La géolocalisation et la réalité augmentée peuvent faire des miracles, si elles sont bien utilisées.

Je cherche une référence ou des commentaires sur un produit quelconque au magasin? Paf j’ai mon accès web et ses recherches kilométriques ; au pire je note le tout dans Evernote pour faire une recherche approfondie plus tard au calme (c’est comme ça que j’ai sélectionné mon home cinema par exemple). Avec Wikipedia pour les recherches de base, c’est aussi dans cette direction que l’on va, cet accès permanent à l’information rapide. Prochain bus ou metro? Facile. Etc.

Avec le développement des QR Codes, on va aussi vers des accès simplifiés, une interconnection qui peut aussi s’avérer d’une grande utilité (j’aime beaucoup l’initiative des transports publics lausannois d’en mettre aux arrêts).

Lecture

J’y reviendrai parce que j’aimerais parler plus en détail de la dématérialisation des contenus. mais je fais ces temps l’expérience de la lecture d’ebook sur l’iPhone (avec Stanza). Ca le fait, c’est assez confortable, je ne me sens pas plus fatigué que sur un livre normal. Certes il faut souvent tourner la page, mais je trouve ça super pratique. Voilà le vrai livre « de poche », vu le format. Ca ne remplace pas le papier et le vrai livre, mais c’est toujours agréable d’avoir en permanence un bouquin (plusieurs en fait) dans la poche pour patienter ou prendre les transports en commun. Pour l’instant, j’en suis resté à des gratuits, que ce soit revenus dans le domaine public (avec du Sherlock par exemple) ou du libre (comme le Doctorow que je viens de lire). A voir par la suite…

Il y a aussi des systèmes comme iStory pour créer des aventures interactives type « livres dont vous êtes le héros ». Ca a l’air agréable, mais dépendant d’une application. Il va falloir que je me penche sur les possibilités du format epub à ce niveau…

Jeux

Comme déjà annoncé, l’iPhone est une super petite console de jeu portable. Et je m’éclate comme un petit fou. D’ailleurs j’essaye de restreindre les jeux que j’installe, histoire de pas inonder la bête. En vrac parmi mes plus utilisés : Blokus (adaptation sympa du jeu de plateau), Carcassonne (idem, avec une IA vraiment sympa), Zombie Dice (aussi une adaptation de jeu en dur), Les Colons de Catane (cette adaptation perd quand même vu que la négociation ne se fait pas entre personnes), un Reversi, Angry Birds, Cut the Rope, Infinity Blade (qu’est-ce qu’il est bôôô), Mega Jump, ou Kamon.

Je suis aussi en train de m’essayer pour rire à voir ce que donnent les jeux dits de réalité augmentée. Par exemple ce jeu où la camera vus fait visionner votre environnement auquel le jeu superpose des soucoupes qu’il faut dégommer. Ou celui avec les zombies surgissant pour vous attaquer dans le décor qui vous entoure. Ou ce jeu de géolocalisation avec aliens qui attaquent et qu’il faut situer dans les rues environnantes.

J’aimerais aussi m’amuser avec des trucs comme GPS Mission, qui a l’air sympa.

Mais encore?

Quelques autres trucs qui ont changé ma vie (ou presque)? L’accordeur de guitare toujours sur soi. Y’a même accès à des listes de tablatures directement, sympa.

L’appareil photo qui me permet de prendre en tout temps une petit photo de la vie de tous les jours avec une qualité raisonnable. ca ne remplacera jamais mon reflex, c’est certain ; mais c’est pratique et efficace. Et puis la fonction d’enregistrement video qui fait de jolis petits films, des images de meilleure qualité que ma camera numérique d’il y a 8 ans (l’encombrement en moins).

Conclusion

Alors oui je téléphone avec mon iPhone. Mais c’est pas ce que je fais le plus. L’aspect téléphone s’efface devant les autres aspects. Pour la communication, c’est de plus en plus SMS, What’s app et consorts. Comme ça je ne dérange pas les gens s’ils sont en réunion ou discussion et on tente de trouver un moment idéal pour s’appeler au besoin.

Le smartphone est vraiment devenu un outil, que ce soit pour de l’utile ou du futile. Mais j’aurais maintenant de la peine à m’en passer. J’ai dans la poche en un objet tellement de possibilités que c’est vraiment pratique. Addict? Oui, sans doute. A Apple? pas nécessairement. Si un autre smartphone m’offre les mêmes possibilités, je ne dis pas non (mais qui remplacera mon Airplay?) ; de toute manière ce n’est pas demain que je vais changer. Tant qu’il fonctionne et convient à mon utilisation, pas de raison de changer, ce serait obéir à l’obsolescence programmée… Donc voilà, ce n’est plus juste le super gadget hype du début, c’est maintenant réellement utile.

flattr this!

Loading Facebook Comments ...

One comment on “iPhone et changements d’habitudes – S01E03

  1. Denis Pouchain

    Je vais peut-être tenter aussi de gérer mes DVDs et livres avec. Ça m’évitera de continuer à supporter des développements persos…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :