10 Cloverfield Lane

10-cloverfield-lane-movie-posterComme Cloverfield à l’époque, ce film produit par JJ Abrams a débarqué soudainement avec un trailer qui fait envie, un minimum d’infos, beaucoup de questions, et du coup un joli coup marketing. Bon, soyons clairs… au vu de la bande-annonce, du contenu du film, et du secret qui a été si bien maintenu, je vais diviser mon billet en deux parties ; un petit bout assez court pour tout le monde, et un morceau avec spoilers pour celles et ceux qui ont vu le film.

Dans ce film, on a donc une femme qui se réveille, après un accident de la route, dans une sorte de bunker où elle a été soignée. Elle va partager les lieux avec le propriétaire (et constructeur paranoïaque et conspirationniste du bunker) et un autre homme. Elle apprend que quelque chose s’est déroulé dehors, quelque chose de mal lui interdisant de sortir. Dès lors la promiscuité entre ces personnages, la curiosité sur ce qui se passe dehors, les révélations au sujet de chacun, les personnalités antagonistes, tout cela va nous construire un huis-clos solide, dur, tendu, qui se termine en apogée bien barrée. Que dire de plus sans spoiler? La réalisation est bien foutue et nous met en lien direct avec les personnages, filmant proche d’eux, et nous faisant sentir l’enfermement ; c’est d’ailleurs même une belle performance pour un réalisateur dont on a là le premier long-métrage. Les acteurs sont très bons, en particulier un John Goodman en très grande forme ; mais les deux autres sont très bons aussi, que ce soit mary Elizabeth Winstead (la lovely Ramona de Scott Pilgrim, ou alors Lucy MacLane dans les derniers Die Hard) ou John gallagher Jr (plutôt un habitué des sériés policières). C’est vraiment un bon film, bien mieux que Cloverfield d’ailleurs. Allez hop, la bande-annonce puis la partie avec spoilers…

Voilà… et maintenant si vous n’avez pas vu le film, je vous conseille de passer votre chemin, cela risque de vous casser tout le plaisir de la découverte (pour une fois qu’un film ne nous est pas raconté à travers sa bande-annonce).

OK, vous êtes prévenus, la suite c’est avec spoilers…

Bon ben déjà le lien avec Cloverfield… Le même producteur, le même type de campagne marketing, un monstre, de la destruction, mais c’est tout. D’après ce que j’en ai lu, il n’y a effectivement pas de lien entre els films ; mais s’agit-il d’une rumeur entretenue pour la forme et que l’on verra au final une franchise se monter liant le tout avec par exemple un lien entre les monstres des deux films? Je suis curieux de voir où cela peut nous mener, mais en tout cas ce film-ci n’émanait à l’origine pas du tout de Cloverfield.

Ensuite il y a ces séries de révélations. J’adore comme ce film fait monter la tension pour la faire diminuer, puis remonter pour diminuer. on se dit que Howard (le véritable monstre du film) est un type bizarre puis finalement que ça passe, puis qu’il a l’air bien barré, mais finalement ça passe, puis qu’il est dangereux, mais finalement on s’en accommode, puis que en fait il est réellement dangereusement barré et là la situation part en sucette. J’aime beaucoup ces montagnes russes avec un timing et un rythme bien maîtrisés. D’ailleurs en parlant de rythme, j’ai beaucoup apprécié cette intro expédiée assez rapidement avec juste ce qu’il faut pour situer le personnage de Michelle ; on en perd pas de temps et on va direct au vrai propos du film…

Et bon sang que ce propos est bien amené. Au final, jusqu’à la fin, on s’en fout finalement un peu de ce qu’il y a dehors, ça agit comme une sorte de contexte. Ils me font penser aux monstres de Monsters ; l’attaque donne un contexte mais ne constitue pas le centre de l’intrigue. Ce sont bien les relations entre les personnages et les révélations sur Howard qui vont être le nœud du film. La conclusion ne sert qu’à justifier l’état des lieux, à expliquer l’enfermement, à le justifier, et aussi à fermer l’évolution personnage de Michelle qui est en fuite depuis le début et qui finalement fait face à l’adversité, n’ayant plus rien à perdre. Ce dernier acte du film, qui change complètement de l’ambiance de tout le reste, donne d’ailleurs une belle dynamique finale et permet d’imaginer plein de possibilités.

Franchement, j’ai été ravi de découvrir tous ces éléments de sénario, d’avoir la surprise non spoilée par la bande-annonce. Des moments comme la révélation d’Emmet au sujet de la photo de la fille, le message gravé sur la vitre, le baril d’acide, le pétage de plomb pendant le repas, j’ai adoré.

Laisser un commentaire