Archives par mot-clé : post-apo

War for the Planet of the Apes

J’ai vu il n’y a pas si longtemps les deux premiers volets de ce reboot de la franchise La Planète des singes, qui part sur l’idée d’un prequel, expliquant comment les singes ont fini par dominer la Terre. Dans ce troisième opus, titré ne français « Suprématie », on va tourner la page de la domination humaine et suivre les pas de César qui achèvera son destin de guide de la race simiesque. Deux ans après les événements du précédent film, les singes occupent la jungle, et César aimerait que la vie puisse se faire ainsi paisiblement. Mais les humains ne l’entendent pas de cette oreille, et une attaque par un militaire borné va déclencher la fureur du chef des singes. La confrontation entre les deux peuples va prendre le visage d’un duel aussi bien physique que psychologique entre César et le Colonel. Traque, chasse à l’homme, vengeance amère,… Sous le couvert d’émotions crues et d’une action concentrée sur peu de personnages, c’est la fin de l’Humanité qui se joue, face au fameux virus qui décime la population. Continuer la lecture de War for the Planet of the Apes

Seuls

Il m’aura fallu attendre la lecture des 10 tomes de la série Seuls parus à ce jour pour me décider à vous en parler ; je voulais être certain de ce que je voulais en dire. Ces 10 tomes sont séparés en divers cycles qui forment à chaque fois un arc scénaristique et apportent leur pierre à l’édifice ; les 5 1ers tomes pour le 1er cycle, les 4 suivants pour le 2eme, et on annonce les 5 suivants pour le 3eme (donc le 10eme ouvre ce cycle) et un 4eme et dernier cycle de 4 tomes.

Continuer la lecture de Seuls

10 Cloverfield Lane

10-cloverfield-lane-movie-posterComme Cloverfield à l’époque, ce film produit par JJ Abrams a débarqué soudainement avec un trailer qui fait envie, un minimum d’infos, beaucoup de questions, et du coup un joli coup marketing. Bon, soyons clairs… au vu de la bande-annonce, du contenu du film, et du secret qui a été si bien maintenu, je vais diviser mon billet en deux parties ; un petit bout assez court pour tout le monde, et un morceau avec spoilers pour celles et ceux qui ont vu le film.

Dans ce film, on a donc une femme qui se réveille, après un accident de la route, dans une sorte de bunker où elle a été soignée. Elle va partager les lieux avec le propriétaire (et constructeur paranoïaque et conspirationniste du bunker) et un autre homme. Elle apprend que quelque chose s’est déroulé dehors, quelque chose de mal lui interdisant de sortir. Dès lors la promiscuité entre ces personnages, la curiosité sur ce qui se passe dehors, les révélations au sujet de chacun, les personnalités antagonistes, tout cela va nous construire un huis-clos solide, dur, tendu, qui se termine en apogée bien barrée. Que dire de plus sans spoiler? La réalisation est bien foutue et nous met en lien direct avec les personnages, filmant proche d’eux, et nous faisant sentir l’enfermement ; c’est d’ailleurs même une belle performance pour un réalisateur dont on a là le premier long-métrage. Les acteurs sont très bons, en particulier un John Goodman en très grande forme ; mais les deux autres sont très bons aussi, que ce soit mary Elizabeth Winstead (la lovely Ramona de Scott Pilgrim, ou alors Lucy MacLane dans les derniers Die Hard) ou John gallagher Jr (plutôt un habitué des sériés policières). C’est vraiment un bon film, bien mieux que Cloverfield d’ailleurs. Allez hop, la bande-annonce puis la partie avec spoilers…

Continuer la lecture de 10 Cloverfield Lane

The Divide

20125746La bombe explose. La grosse. Celle qui fait un champignon. Dans l’immeuble c’est la panique. On court, on se bouscule, on crie. Quelques personnes ont la bonne idée de se réfugier su sous-sol où ils découvrent un lieu aménagé par le bizarre Mickey, genre survivaliste taciturne. Cloitrés dans cette cave, ces gens vont très vite découvrir que survivre c’est bien, mais qu’il faut encore réussir à survivre ensemble. Très vite les tensions vont naître et les positions et rôles vont se constituer dans une ambiance glauque et oppressante. Surtout quand une équipe en combinaisons de protection ouvre la porte de l’extérieur, fusils d’assaut à la main et menaçante. Avec des personnalités aussi différentes et aussi marquées, dans un huis clos, avec des rations insuffisantes, une menace extérieure qui n’est pas claire, tout ce petit monde va petit-à-petit virer vers la folie. Violence et sang sont au programme d’un climax complètement barré. Avant un épilogue laissant la place libre à pas mal de questions sans réponses. Continuer la lecture de The Divide