Archives par mot-clé : rock

1000mods – Repeated Exposure To…

1000Mods c’est un groupe de stoner grec (eh oui c’est pas tous les jours) dont j’ai pas mal apprécié les deux premiers albums, bien que découverts sur le tard en 2016 : Super Van Vacation (et sa magnifique pochette) date de 2011 et Vultures de 2014. C’est donc avec beaucoup de plaisir que j’ai attrapé leur nouvel opus : Repeated Exposure To… Au menu, fuzz et titres à rallonge, mélodies entêtantes, voix sourde, et envies de secouer les cheveux dans le désert californien, ou plutôt grec en l’occurrence. Continuer la lecture de 1000mods – Repeated Exposure To…

Truckfighters – V

truckfighters-v-coverJe vous avais déjà dit tout le bien que je pensais de leur précédent opus Universe il y a quelques temps, alors quand j’ai vu arriver leur nouvel album, j’ai agressé mon disquaire pour qu’il me le furnisse. « V » donc ; pas une lettre mais plutôt un chiffre romain, normal pour un 5ème album. Les Suédois nous ressortent un album de rock, avec un fort aspect stoner qui nous les fait bien imaginer sur des longues routes désertiques sous le soleil.

Ce nouveau disque enchaîne 7 titres en 47 minutes et des chtounes, des morceaux longs donc, entre 6 et 8 minutes en gros. Pas de pur petit single stéréotypé pour la radio de 3 minutes au programme ; ça tombe bien, la musique du groupe n’est pas du genre tube radiophonique non plus. Truckfighters propose des morceaux qui prennent à chaque fois le temps de nous entraîner dans des rythmes solides et hypnotiques. D’ailleurs le titre d’ouverture décrit assez bien ce à quoi on peut s’attendre : Calm Before the Storm.

Avec un son carré et brut, du fuzz à foison et un solide sens de la mélodie, ils nous collent de solides titres qui font tous du bien. L’album est vraiment propre, très bien produit, avec un son qui prend aux tripes. C’est vraiment un très bon disque que je ne peux que vous reccomander chaudement.

Les Pixies en concert à Montreux

pixiesmontreuxDans ma bucketlist des trucs à faire avant de mourir, il y avait « voir les Pixies en concert ». Alors pendant des années c’était le truc plus qu’improbable, mais depuis leur reformation récente, c’était devenu envisageable. Et puis il y a cette tournée avec le nouvel album Head Carrier qui passe par Montreux. Ni une ni deux, billet en poche, et me voilà débarquant à l’auditorium Stravinsky qui, en plus d’être une jolie salle, a vraiment un bon son.

Le concert fut assez énorme. Bon, c’est les Pixies, à savoir que c’est un concert assez statique, sans sauts ou frétillements dans tous les sens et sans phrases balancées au public à tout moment. Mais leur musique est tellement bien posée, le truc est tellement pro, les musiciens en imposent tellement, que cela suffit à faire passer le courant. Le groupe a enchaîné les titres sans interruption pendant 1h30 ; leurs titres ayant des durées plutôt courtes, cela a permis d’entendre passer un bon paquet de morceaux. Dont beaucoup d’anciens. L’essentiel de leurs grandes compositions y est passé, procurant des moments vraiment magiques. Avec en alternance quelques titres plus récents, mais en minorité. Le tir était donc dans la cible puisque le public était plutôt grosso modo de ma génération. Un son de qualité pour quatre musiciens qui se donnent. Bien entendu on retiendra surtout Frank Black dont la présence, aussi bien physique que musicale et vocale, en impose grandement ; et puis bon maintenant que je les ai vus en live, j’en ai la confirmation, c’est bien le même chanteur qui produit ces voix aussi diverses, alternant les passages si doux et les chants très énervés. Le jeu de Joey Santiago à la guitare est vraiment plaisant, toujours aussi bien senti et reconnaissable. David Lovering derrière ses fûts a marqué le rythme durant tout le show. Et la petite nouvelle Paz Lenchantin à la basse et aux chœurs semble avoir trouvé sa place.De la vraie bonne musique en live, ça fait toujours des frissons ; encore plus quand il s’agit d’un groupe aussi mythique.

Deux bémols cependant… Les billets indiquaient le concert à 20h30, mais il semblerait qu’il ait été avancé à 20h ; du coup en arrivant à 20h20 j’ai loupé l’essentiel du concert de première partie, les Fews, un groupe qui a l’air pas mal du tout pour le peu que j’en ai vu. Et un manque cruel de tireuses à bière qui fait que les commandes prenaient un temps plus que considérable au bar (même les serveurs faisaient la queue à la tireuse, et prenez cette phrase sans aucun sous-entendu).

Mis à part ces deux éléments, j’ai passé une très bonne soirée… Le concert était vraiment bien.

Gone is Gone

goneisgoneEt hop, encore un de ces « super-groupes » monté par des membres de divers groupes que j’aime plutôt bien. Dans Gone is Gone, on a des gens de Mastodont, Queens of the Stone Age ou encore At the Drive-In. Il y a pire comme pedigree. Bien évidemment du coup on sait qu’on ne va pas avoir affaire à de la pop sautillante bucolique ou à du raggamuffin afro-beat. Par contre tout n’est pas aussi lourd qu’on ne pourrait le présager sur ce premier album éponyme de huit titres que ça fait du bien par où ça passe.

Bon, dès le titre d’ouverture, Violescent, on sait un peu dans quelle cour de récré on va jouer avec un son lourd et puissant aux riffs acérés. C’est du rock, puissant, plein de distorsion et à la rythmique impeccable. On enchaîne avec un Starlight qui démontre justement les autres possibilités du groupe, un titre lent, d’ambiance éthérée, en particulier sur les couplets. Stolen from Me, One Divided, Praying from the Danger ou This Chapter sont emplis d’énergie, d’une belle puissance maîtrisée. De leur côté, Character et Reced and Enter renforcent le côté onirique et envoûtant, les phases plus calmes aussi. On trouve dans certains titres des sonorités étranges, des phases musicales réellement surprenantes, un son envoûtant.

Gone is Gone est un de ces groupes avec des gens qui se retrouvent entre leurs autres projets, des gens souvent bien occupés qui sont là par envie de faire autre chose, motivés par un fort lien musical, souvent par amitié aussi. Mais ce sont justement des gens qui ont autre chose sur le feu souvent, et du coup je ne sais pas s’il y aura une suite à cet album. The Dead Weather en est à trois albums alors que l’on attend toujours une suite pour Them Crooked Vultures par exemple ; difficile de savoir si les membres du groupe auront donc le temps de remettre l’ouvrage sur le métier. Mais ça en vaudrait la peine car j’aime beaucoup cette première galette que je vous conseille.