Ant-Man et la Guêpe

Le premier film Ant-Man était un bon blockbuster distrayant avec sa dose d’humour et de fun. Après son apparition remarquée dans Civil War, le bonhomme revient dans un deuxième film pour lui, et sa nouvelle partenaire annoncée, à savoir la Guêpe ; enfin, la nouvelle Guêpe, tout comme Scott Lang le héros est le deuxième Ant-Man après Hank Pym de l’ancienne génération. On retrouve donc Scott consigné chez lui depuis les événements justement de Civil War, ayant accepté les fameux accords de Sokovie. Il voit sa fille, il a une relation surprenante avec son ex et le nouveau mari de celle-ci, il a monté sa boîte avec Luis et les autres bras cassés. Mais il va être sorti de sa tranquillité par Hank Pym et sa fille Hope (la nouvelle Guêpe donc) qui ont trouvé un moyen d’aller récupérer l’épouse/mère (ancienne Guêpe) dans le « monde quantique », depuis que Scott a réussi à en revenir dans le précédent film. On ajoute à cela un grand méchant qui veut s’emparer des technologies de Pym, et une méchante avec pouvoirs qui leur cherche des noises aussi, et hop. On a de l’action, de l’humour, de le baston, des poursuites, des changements d’échelle, des punchlines bien senties, bref tout ce qu’il faut pour en faire un vrai bon divertissement.

Alors bon après un film de l’ampleur d’Infinity War (et en particulier son final écrasant), ce n’est pas facile chez Marvel de revenir à un truc léger comme ce Ant-Man. Certes on a un lien avec les événements récents lors de la première scène post-générique, mais sinon le film est très coupé de ce qui se passe ailleurs. On fait référence à Civil War, mais c’est un peu tout. En fait ce film est une sorte de bouffée de fun au milieu d’un MCU qui commence à peser un peu. On peut le voir sans connaître le reste, on peut le prendre juste pour ce qu’il est, une bonne comédie d’action. Il fourmille d’idées fun et plaisantes en jouant sur les changements d’échelle. Les courses-poursuites en voiture prennent une toute autre allure, tandis que les bastons sont vraiment impressionnantes (en particulier la première scène d’action de la Guêpe dans le resto qui envoie vraiment du bois). Quand on ajoute les capacités de l’antagoniste Ghost capable de se rendre intangible, les possibilités en termes de visuels et d’action sont vraiment vastes. Et le réalisateur, toujours Peyton Reed, s’en donne à cœur joie (les gags de la salière ou du paquet de Pez m’ont bien éclaté, même si c’est très con). Les effets spéciaux permettent de donner toute l’ampleur voulue à ces scènes d’action.

Devant la caméra, on retrouve des têtes bien connues. Paul Rudd (Romeo & Juliette, Friends,…)reprend son rôle de Scott Lang, toujours aussi charismatique et sympa. Son duo avec Evangeline Lilly (Lost, Le Hobbit,…) fonctionne très bien, cette dernière ayant enfin un vrai espace pour s’exprimer (pas comme dans le 1er film) et se révélant aussi importante que le titre le laisse entendre. Mais le titre fait aussi référence à la première Guêpe, et donc l’ancienne génération avec de nouveau Michael Douglas (A la poursuite du diamant vert, Black Rain, The Game, Traffic,…), qui prend aussi plus d’importance, et l’arrivée de Michelle Pfeiffer (Ladyhawke, Les Liaisons dangereuses, Batman le Défi,…), tous deux apparaissant au naturel, mais aussi rajeunis numériquement lors de flashbacks. Michael Pena (Fury,…) retrouve son rôle d’électron libre et de caution comique (avec moins de délires que dans le premier film mais quand même un monologue grandiose), accompagné de ses acolytes T.I. et David Dastmalchian (The Dark Knight, The Belko Experiment,…). Le casting comprend également le toujours aussi bon Walton Goggins (La Maison des 1000 morts, Predators, Sons of Anarchy, Django Unchained, Tomb Raider,…) que j’apprécie beaucoup, Hannah John-Kammen, Laurence Fishburne (Event Horizon, Matrix, Man of Steel, Hannibal,…) toujours calme et monolithique, Bobby Cannavale (Jumanji,…), ou encore la petite Abby Ryder Fortson. Tous portent bien leurs rôles, parfois clichés mais toujours réussis.

Un bon gros blockbuster qui ne cherche pas à se prendre la tête. Rempli de jolies scènes d’action, d’effets spéciaux qui claquent, avec une histoire qui va bien et des acteurs en forme, avec la juste dose d’humour et d’un chouilla d’émotion, ce Ant-Man et la Guêpe est une bonne réussite. Un grand bol d’air frais dans le flot incessant de chez Marvel, un truc un peu décalé qui fait du bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.