Justice League

Et hop, on est allés voir Justice League l’autre soir… et j’en sors très mitigé je dois dire. Ce film devait être un peu l’équivalent DC du Avengers de Marvel, à savoir le regroupement d’une série de héros de comics au cinéma pour lutter contre une grande menace. Ici on a Batman et Wonder Woman, déjà réunis depuis Dawn of Justice, qui recrutent Cyborg, Aquaman et Flash pour contrer Steppenwolf (pas le groupe de musique hein, d’ailleurs je regrette de ne pas avoir Born to be Wild dans la bande son du film), un être surpuissant qui veut anéantir toute vie sur terre, rien que ça. Ah oui et bien évidemment, sans vraiment spoiler car tout le monde est au courant, Superman va aussi revenir pour leur donner un coup de main.

Bon, le film a subi pas mal de déboires et ça se sent cruellement. Déjà, DC est retard sur Marvel au cinéma. Là où Marvel a pris le temps d’installer ses héros au travers de toute une série de films qui les ont développés, avant de les réunir de manière épique, DC n’a presque rien construit. On a un Man of Steel expliquant comment Kal El est devenu Clark Kent, puis Superman. On a Dawn of Justice qui officialise la rencontre Superman-Batman (l’historique de ce dernier étant tellement connu qu’on s’y attarde à peine), parachutant une Wonder Woman sortie d’on ne sait où (mais qui a eu la chance d’avoir son très bon film solo depuis), posant comme emmerdeur de première Lex Luthor et tissant déjà les fils de Justice League avec des clins d’œils à Flash, Cyborg et Aquaman, mais aussi à Steppenwolf dans la version longue du film (donc dommage pour ceux qui n’ont vu que la version ciné). Il faut dire que Justice League était sous la patte de Zack Snyder, déjà réalisateur de Man of Steel et Dawn of Justice, mais aussi de 300, Watchmen, ou Sucker Punch, un gars pas exempt de défaut mais avec une vision bien précise et un sens esthétique ultra-précis ; et du coup il plaçait ses pions, sachant où il souhaitait aller. Oui mais voilà, il a quitté la production du film en cours de route, et a été remplacé par Joss Whedon (oui celui de Avengers, Buffy, Firefly mais aussi de l’Ere d’Ultron car personne n’est parfait), le gars qui a quand même un côté vachement plus déconne et bordélique. Ré-écriture du scénario, tournage de nouvelles scènes, nouvelle mise en place de plein de choses, montage chamboulé, il semblerait que Whedon ne soit pas venu que pour tourner quelques scènes au passage (et pourtant il n’est crédité que comme co-scénariste). Au final ça se ressent par un côté assez ambivalent du film, où on sent qu’il ne sait pas sur quel pied danser. je ne sais pas si ça aurait aussi été le cas avec le seul Snyder aux commandes mais en tout cas là c’est très clair. On alterne les problèmes super graves, la menace importante, les questionnements psychologiques, avec les punchlines à la con et un humour parfois très raz des pâquerettes, et des images moins stylées. Le film n’a pas d’identité. On a l’impression de trucs ajoutés comme sur un puzzle pas réussi (putain mais que vient foutre là-dedans la famille russe à part rallonger le film), d’un tout bricolé de bric et de broc. Le film ne se tient pas et manque d’unité. Quand on ajoute les énormes trous scénaristiques et les réactions souvent complètement illogiques des héros, les moments où t’as juste envie de les baffer parce qu’ils sont vraiment stupides (oui, allons tous dire bonjour à Superman sans surveiller le cube, évidement, c’était gros comme une maison), il y a quand même un gros problème pour tenir le spectateur.

Bon par contre il faut dire quelque chose, c’est que le film a ses moments de brio épiques quand même. Les scènes de baston ont de la gueule et il y a vraiment des passages bien foutus. Les effets spéciaux de haut rang permettent de donner du souffle à des combats titanesques. Ouais, ça en jette. Mais bon il y aussi les merdages d’image, et l’un des plus dérangeants est ce fameux floutage de la moustache de Henry Cavill lors des nombreux reshoots faits par Whedon, franchement ça lui donne une vraie sale gueule pas crédible.

Alors oui c’est un gros blockbuster de divertissement, mais on a vu bien mieux dans le genre. J’ai de la peine à crocher aux enjeux, même si ceux-ci sont censés mettre en cause la survie de l’Humanité tout entière, ça n’est pas assez solide. La suspension d’incrédulité demandée est peut-être trop forte pour moi. Et pourtant je suis bon public. Mais là non. En plus les personnages sont vraiment posés à la va-vite et manquent de développement, de profondeur. On essaye d’expliquer Cyborg, Auqaman et Flash à base d’informations disséminées de ci de là, posant quelques lignes de leur passé et de leurs pouvoirs, alors que chacun aura droit à son film perso dans les années à venir. Mais du coup on ne les connaît pas assez pour vraiment s’attacher. Et ils sont presque trop caricaturaux. OK, mettre Jason Momoa (Game of Thrones, Conan,…) en Aquaman, ça a de la gueule et il en impose un peu plus que le blondinet en orange des comics, mais de là à en faire une brute épaisse alcoolique. Flash (Ezra Miller, Les Animaux fantastiques) est certes jeune et stressé par sa vitesse, mais de là à en faire l’élément comique du film alignant les gaffes (et putain sa chute sur Wonder Woman, non mais au secours on se croirait dans Les Bronzés, film que certes j’adore mais ce n’est pas du tout la même ambiance quoi). Cyborg (Ray Fisher) qui aligne la découverte de ses pouvoirs avec son côté mystérieux et rebelle, c’est too much aussi. Aucune finesse dans ces personnages. Même Batman reste monolithique, mais bon lui c’est le Chevalier noir, c’est presque normal ; et je trouve Ben Affleck (Gone Girl, Argo, Dogma…) moins bon je dois dire, ce qui me fait remettre en doute aussi la direction d’acteurs du film. Heureusement que l’on a Jeremy Irons (Mission, Die Hard 3, Kingdom of Heaven,…), impeccable en Alfred avec ses remarques acerbes, le meilleur humour du film. A noter que l’on a fait tout un foin de la présence de J.K. Simmons (Juno, Spiderman version Raimi, Le Chacal,…) en commissaire Gordon ou d’Amber Heard (Zombieland, Machete Kills,…) en Mera, alors qu’ils n’apparaissent finalement pas trop à l’écran.

Au final, un film distrayant mais sans plus. Un gros dommage car la réunion de tous ces héros aurait pu donner quelque chose de vraiment bon. Mais là on est dans le moyen. Trop de choses qui ne tiennent pas la route. Alors il se laisse voir certes. Et les torses nus des héros ainsi que les tenues de Gal Gadot sont très vendeurs. Mais ce n’est pas suffisant. Déçu je suis. On a déjà eu la preuve que le gros blockbuster peut aussi être un film réfléchi et bien foutu, alors pourquoi nous infliger ce genre de résultat?

Laisser un commentaire