Archives par mot-clé : robots

Almost Human – saison 1

nouvelle-affiche-de-almost-humanAh ben voilà, on est déjà au bout de la première saison de Almost Human. Tranquillou, elle a mené son petit bonhomme de chemin et je me suis laissé embarquer tout au long. Il faut dire qu’au-delà de ses défauts elle avait pas mal de trucs pour m’attirer. Et une petite série qui ne se prend pas le chou de temps en temps, ça fait du bien aussi. Parce que oui, on n’est pas ici dans le gros truc au scénario complexe avec tout plein de ramifications (malgré la présence de JJ Abrams au générique), des personnages tordus et tout ce qui s’ensuit. Almost Human c’est une série policière assez standard, sur le principe du duo comme un bon buddy movie, le tout dans un univers de SF high tech. Après une intervention qui s’est mal passée, l’officier de police Kennex se remet gentiment, muni maintenant d’une jambe cybernétique ; pour lui qui n’aime pas les robots, ce n’est pas gagné. Il faut dire qu’en plus, avec la sophistication galopante des criminels, la police a du se résoudre à employer des androïdes, et chaque enquêteur se voit épaulé par un robot à forme humaine capable de tout plein de choses comme se connecter en live au réseau, communiquer avec le central, analyser des échantillons, lire des données cryptées, etc. Oui mais Kennex il aime pas son robot si lisse, et on va lui en fournir un autre, ressorti d’une fournée reléguée à la casse parce que exprimant trop d’émotions et considérés comme cinglés. Kennex et son androïde « presque humain » (waow, on sait d’où vient le titre) vont donc enquêter sur des crimes dans lesquels la technologie est omniprésente. Le tout avec en très légère toile de fond sur quelques épisodes une histoire de complot liée au passé de Kennex et à la fameuse intervention foirée qu’il a dirigé ; oui mais bon on n’en apprendra pas grand chose quand même pendant cette première saison. Continuer la lecture de Almost Human – saison 1

Battlestar Galactica – le jeu

20140208_232939Je ne vais pas vous refaire l’article sur la série que j’ai adoré et qui fait partie de mon panthéon des références télévisuelles. Le jeu de plateau existe dpeuis quelques années et me faisait bien de l’œil mais je n’avais jamais eu l’occasion d’en tâter. Il faut dire que c’est quand même du plutôt gros jeu, typé ameritrash avec son livret bien bardé de règles nombreuses, son matos foisonnant et tout ; pas le truc que l’on sort avec tout le monde quoi. Pis là, comme il est à l’ordre du jour de la prochaine soirée jeux de la ludo, fallait bien que je le teste. Ce billet n’est donc pas un avis étayé par de nombreuses parties ayant permis d’étudier le jeu sous toutes les coutures, mais un premier retour après une partie qui a été franchement très sympa. Continuer la lecture de Battlestar Galactica – le jeu

The World’s End

worldsendLe trio avec Edgar Wright derrière la caméra et le duo Simon pegg/Nick Frost devant a donné de très grands moments, à savoir Shaun of the Dead et Hot Fuzz. Leur dernier délire en date s’appelle The World’s End. Et c’est toujours très très bien… pour peu que l’on aime l’humour déjanté de cette équipe. Moi ça me plaît beaucoup. Il faut imaginer 5 ados en 1990, terminant leur scolarité, et lancés pour faire la Golden Mile, à savoir la tournée des douze pubs de leur petite ville de Newton Heaven ; ce marathon alcoolisé suit un ordre bien précis pour se terminer au dernier, The World’s End. Bien entendu, avec autant de pints, plus les shots, l’herbe et les bastons, nos ados ne vont jamais aller au bout. C’est en 2013 que le leader de l’équipe se rend compte qu’il y a là un bon moyen pour réunir sa bande et faire encore la fête. Gary King n’a pas tellement changé, mais il va aller déranger ses anciens comparses dans leurs petites vies bien rangées et les entraîner avec lui malgré leurs réticences. Voilà donc nos 5 quarantenaires lancés avec plus ou moins de conviction sur cette route des 12 pubs. C’est après quelques bières que les choses vont partir en couilles, et nos héros vont s’apercevoir que la ville est infestée de robots extra terrestres décidés à changer l’humanité et à la soumettre  à leur contrôle. Et ça, nos petits gars, ils n’en ont pas envie. La survie de l’Humanité est alors entre leurs mains. Continuer la lecture de The World’s End

Pacific Rim

Pacific-Rim-121213-02Encore un blockbuster de l’été que j’ai loupé de peu au cinéma ; ça commence à bien faire. rattrapage donc à la maison. Il faut dire que Pacific Rim me faisait de l’œil depuis longtemps. Vous alignez les mots « Del Toro, robots géants, kaijus » et je ne peux que démontrer une impatience certaine. J’avoue. Pacific Rim part donc d’une faille dans le Pacifique ouverte sur une sorte d’autre monde d’où proviennent des kaijus, des monstres géants qui attaquent l’humanité sur les bords de l’océan, et qui déciment pas mal. Pour leur faire face, l’humanité s’est alliée et on a construit des jaegers, des espèces de robots géants pilotés par des duos de pilotes reliés mentalement entre eux et au robot. Le film ne s’attarde pas sur les débuts de cette guerre et nous épargne de trop longues minutes de mise en place. On passe directement au cœur de la guerre, quand ça charcle et que ça castagne sévère. Quand en fait les kaijus de plus en plus nombreux et fréquents reprennent le dessus sur une humanité qui croyait tenir le bon bout avec ses jaegers. Un petit groupe de pilotes résiste et avec leurs derniers robots ils vont chercher à mettre un terme définitif à l’invasion des kaijus (le « définitif » de cette phrase étant sujet à caution puisque Del Toro bosserait sur un scénario pour un Pacific Rim 2). Évidemment, on en va pas louer ce film pour ses qualités scénaristiques ; l’histoire ne regorge pas de trouvailles monstrueuses et ne va pas révolutionner le monde du cinéma. Non, on regarde Pacific Rim pour en prendre plein la gueule. C’est du grand spectacle et là franchement c’est une grande réussite. Continuer la lecture de Pacific Rim